12/05/2018

Migration forcée...

Migration forcée…

La plateforme skynetblogs tire sa révérence, si bien que j’ai été contrainte d’entamer le déménagement.

Cela prendra du temps : nous sommes en 2018 et mes premiers pas de blogueuse remontent à juillet 2004.

Vous pourrez me suivre désormais sur https://lemondedepaikanne.wordpress.com

En attendant la pendaison de crémaillère, il est possible, sur ces nouvelles pages, d'effectuer une recherche par auteur et/ou titre via le cadre dédié, en haut à droite.

Soyez indulgents, je tâtonne...

12:58 Écrit par Païkanne dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |

10/05/2018

Ma chère sœur, Alf Kjetil Walgermo

Présentation. Eli Anne a 16 ans et vient de perdre sa sœur, Amalie, d'un an sa cadette. Folle de chagrin, elle se rend régulièrement sur sa page Facebook, qu'elle refuse de supprimer. Un jour, elle se met à lui écrire. En parcourant les statuts et les photos postées par Amalie, Eli Anne revient sur sa relation avec sa sœur. Leur enfance, leur complicité, leurs désaccords, leurs rêves d'adolescentes. Et surtout, leur passion commune pour la musique : Eli Anne joue du piano, Amalie, fan de Patti Smith, chantait dans un groupe.

Au fil des messages, Eli Anne ouvre son cœur et avoue à sa sœur ce qu'elle n'a jamais osé lui dire...

Chere-soeur.jpg

Mon avis. Le propos s'avérait prometteur, mais il a très vite pris des allures de pétard mouillé...

Eli Anne écrit à sa sœur disparue de (très) courtes lettres dans lesquelles elle évoque la douleur qui l'étreint depuis le drame ; elle n'arrive pas à trouver suffisamment d'énergie pour surmonter cette épreuve, si bien que rédiger ces missives lui paraît un "bon moyen" pour garder le contact avec la défunte...

Le problème est que l'auteur reste tellement "en surface" que le lecteur n'arrive nullement à éprouver de l'empathie pour la jeune fille. En outre, la révélation de "ce qu'elle n'a jamais osé lui dire" ne revêt finalement que peu d'intérêt...

Un billet très bref pour une lecture qui l'est tout autant.

Traduction : Marina Heide.

Titre VO : Kjære Søster (2015).

 

Ce titre entre dans le challenge "Lire sous la contrainte" (son "è").

lirecontrainte.jpg

16:44 Écrit par Païkanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

06/05/2018

Gallica, Livre premier : Le louvetier, Henri Lœvenbruck

Présentation de l'éditeur. Après La Moïra...

Traqué par d'impitoyables guerriers qui ont brûlé son village et tué tous les siens. Bohem est contraint de fuir. Il ignore pourquoi les milices du Christ sont après lui, mais son lien avec les Brumes, ces créatures merveilleuses, n'y est peut-être pas étranger. Ainsi commence pour le jeune homme un périple à la rencontre de lui-même sur les routes de Gallica, une France de légendes qui ne fut jamais.

Gallica1.jpg

Mon avis. Un très bon moment de lecture, comparable à La Moïra que j'avais déjà beaucoup apprécié...

Le superbe loup de la couverture imprègne ce récit puisque nous y suivons Bohem (tiens, un prénom "lœvenbruckien"), un adolescent qui aurait dû, logiquement, prendre la relève de son père louvetier. Mais point de logique dans la Fantasy : Bohem ressent, au plus profond de lui, une attirance pour les Brumes, créatures imaginaires vouées à disparaître dans cette Gallica du XIIè siècle, car considérées comme "l'esprit du mal". En témoigne l'épisode relaté dans le prologue au cours duquel, en la nuit de la Saint-Jean de l'an 1150, il sauve du bûcher le loup capturé par son père, sous les yeux épouvantés des villageois de Villiers-Passant...

On retrouve Bohem quatre ans plus tard : le jeune homme de 17 ans a échappé de peu à l'excommunication suite à son geste insensé, dont il porte encore quelques cicatrices ; cependant, la défiance est depuis lors de mise à son encontre. Suite à une énième altercation avec son père, il quitte le village pour se réfugier dans la garrigue environnante où il aperçoit une Brume qui semble l'attendre. Lorsqu'il regagne ses pénates, c'est pour se rendre compte que tous, y compris son père et sa sœur, ont été massacrés. Apparemment à cause de lui.

Le récit relate alors la fuite éperdue de Bohem qui tente d'échapper aux sanguinaires cavaliers noirs lancés à sa poursuite, semant la mort sur leur passage. D'autres poursuivants agissent de même ; c'est ainsi que le jeune homme ne sait à qui faire confiance. Pire : il ne sait pas pourquoi  il est devenu la proie de tous, même s'il pressent que son attirance pour les Brumes n'y est pas étrangère.

Parallèlement, on découvre les agissements des souverains qui se partagent cette "France médiévale" : Livain, roi de Gallica, et Emmer, roi de Brittia. Ce dernier vient d'épouser Hélène de Quienne, la brillante épouse qu'a répudiée Livain. Autant dire que les relations entre les deux puissants ne sont pas au beau fixe...

Bohem se retrouve au "beau milieu du jeu de quilles", tâchant d'apprendre qui il est (ce qu'il est) intrinsèquement mais ce faisant, il met en danger ceux qu'il côtoie.

  "- Je crois qu'on nous ment au sujet de ces créatures. Et je crois que, si personne ne les défend, il n'y en aura bientôt plus une seule dans tout le pays. J'ai croisé une Brume il y a quelques jours. Un loup, magnifique, et il ne m'a pas attaqué. Au contraire, je crois même que je peux dire qu'il m'a aidé, en quelque sorte. Et toutes ces créatures vont disparaître. Les loups, les chimères, les bayards, les griffons... Il n'y en aura bientôt plus. J'ai vu un griffon un jour, que mon père avait chassé. C'est un si bel animal ! En avez-vous déjà vu ?

   - En dessins, seulement, répondit l'un des Compagnons.

   - Comment une créature si belle pourrait-elle être un démon ? Et si c'était vraiment un démon, comment mon père aurait-il pu si facilement l'abattre ? " [p. 67]

 

J'ai beaucoup aimé l'histoire, contée par une belle plume, et le contexte médiéval dans lequel elle se déroule. Certains personnages sont (extrêmement) attachants : Bohem lui-même qui lutte contre des ennemis qu'il ne connaît pas ; les Compagnons du Devoir qui lui viendront plus d'une fois en aide ; la duchesse de Quienne, devenue reine de Brittia, féministe avant l'heure ; d'autres tel Pieter le (mal nommé) Vénérable, en revanche, n'inspirent nulle confiance...

Une aventure qui se poursuivra avec le tome 2 : La voix des Brumes.

Merci aux éditions J'ai Lu pour ce partenariat.

 

Ce titre entre dans le challenge de La Licorne, 4.

challenge 4 licorne.jpg

 

18:34 Écrit par Païkanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |