24/03/2018

Bug, livre 1, Enki Bilal

Présentation de l'éditeur. Dans un avenir proche, en une fraction de seconde, le monde numérique disparaît, comme aspiré par une force indicible. Un homme, seul, malgré lui, se retrouve dans une tourmente planétaire.

Bug.jpg

Mon avis. Un "bug" tout à fait intéressant...

Nous sommes dans un futur proche. Un gigantesque "bug" touche l'ensemble de la planète : plus de connexion, quelle qu'elle soit ; le numérique semble s'être "volatilisé", en quelque sorte aspiré. Par qui, par quoi ? Nul ne le sait. Les conséquences sont gigantesques, à de multiples points de vue.

Le récit se focalise sur deux personnages : Gemma, une jeune Parisienne dont le père, Kameron Obb,  est en mission spatiale ; et Obb lui-même, unique rescapé de cette fameuse mission lors de laquelle tout l'équipage a péri. Il ignore ce qui s'est passé ; seules certitudes : la tache bleue qui affuble son œil gauche ; un trou au niveau du cou par lequel "quelque chose" semble s'être introduit en lui ; et surtout, des capacités mémorielles exceptionnelles : il est apparemment devenu la mémoire de l'humanité. Dès qu'un problème se pose à lui, il trouve dans sa "banque de données personnelles" les éléments dont il a besoin pour le résoudre. Il devient l'Homme à s'approprier, quels que soient les moyens utilisés...

J'aime beaucoup le dessin "flouté" aux abondantes tonalités grises et bleues qui cadre tout à fait avec ce que sont en train de vivre les hommes : ils ne savent en effet pas ce à qui/quoi ils ont affaire. En outre, le point de départ de l'intrigue est très actuel. Ainsi, certaines personnes se retrouvent fondamentalement désœuvrées à partir du moment où elles sont déconnectées ; d'autres, ayant depuis toujours eu les yeux rivés sur un écran, ne savent pas regarder les autres dans les yeux. Bémol : l'histoire part dans tous les sens, si bien que l'on se perd parfois en chemin...

Merci à PriceMinister qui m'a permis de découvrir cette BD [15/20] dans le cadre de l'opération "La BD fait son festival".

20:26 Écrit par Païkanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire