28/03/2018

Et mes yeux se sont fermés, Patrick Bard

Présentation de l'éditeur. Tout le monde change durant l'adolescence. Maëlle n'est pas différente des autres filles de seize ans. Cette année-là, elle passe de plus en plus de temps sur facebook, abandonne le sport, modifie sa façon de s'habiller, quitte son petit ami.... Sans hésitation ni compromis, elle prend un virage à 180°. S'il y a une chose qui ne change pas chez Maëlle, c'est son caractère déterminé. C'est pour sauver le monde que, victime d'un rapt mental, elle rejoint les combattants de Daesh.
Maëlle devient Ayat.

Yeux-fermes.jpg

Mon avis. Un livre - dont la couverture m'a happée - à (faire) découvrir...

Le récit raconte l'histoire de Maëlle, une adolescente ordinaire qui, (in)sensiblement, glisse dans ce que l'on a coutume aujourd'hui de nommer la "radicalisation". Son comportement change au contact d'un "recruteur"  avec qui elle entretient des échanges réguliers via les réseaux sociaux. Seule Jeanne, sa petite sœur, se rendra compte, dans une (très) faible mesure, de ce qui est en train de se tramer mais sans en mesurer les conséquences dramatiques, d'autant que Maëlle essaie de la "convertir", elle aussi, et que la gamine se pose à son tour bon nombre de questions...

Le roman commence alors que Maëlle, devenue Ayat, est rentrée de Syrie avec, dans ses "bagages", l'enfant qu'elle porte, celui de Redouane, son mari épousé à Raqqa, un jeune Français lui aussi embrigadé. Un jeune Français qu'elle aimait. Un jeune Français qui l'aimait. Elle est aujourd'hui assignée à résidence...

  "Je suis veuve, deux fois veuve, et je n'ai que seize ans. Mon premier mari a été pulvérisé par une roquette avant que j'aie eu le temps de le rencontrer. Ils ont tué le second quand nous avons fui la Syrie ensemble." [p. 12]

 

J'ai beaucoup apprécié découvrir le cheminement de pensée de Maëlle qui, à un moment où elle est vulnérable, se raccroche à "quelqu'un" qui lui tiendra un discours qu'elle a alors besoin d'entendre.

J'ai aussi aimé le fait que le récit se construise progressivement à partir des points de vue de ceux qui, d'une manière ou d'une autre, ont été touchés par son histoire : sa sœur Jeanne ; sa maman Céline ; des lycéens de sa classe ; Aïcha, la femme de la cellule de "déradicalisation" chargée du "dossier"; Redouane ; son professeur de français ; Amina, une "sœur d'armes"... Chaque personnage apporte une touche, aussi infime soit-elle, au portrait de Maëlle/Ayat.

  "Des fois, je me demande s'il est possible de réparer les âmes cassées. Pour Maëlle, il restait encore pas mal de travail." [Aïcha, p. 37]

 

Une note précise à la fin de l'ouvrage que, si les personnages appartiennent à la fiction, l'auteur s'est abondamment documenté avant l'écriture.

 

Ce livre entre dans le challenge "Lire sous la contrainte" - son [e] -.

lirecontrainte.jpg

16:03 Écrit par Païkanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

Sûrement intéressant ! Merci pour la découverte et pour cette nouvelle participation à mon challenge.
Bonne fin de semaine (bon courage, la ligne d'arrivée est proche !)

Écrit par : Philippe D | 28/03/2018

Répondre à ce commentaire

Bonnes vacances !

Écrit par : Philippe D | 01/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire