21/03/2018

Sauveur & Fils, Saison 3, Marie-Aude Murail

Présentation de l'éditeur. Au numéro 12 de la rue des Murlins, à Orléans, vit Sauveur Saint-Yves, un psychologue antillais de 40 ans, 1,90 mètre pour 80 kg.

Dans son cabinet de thérapeute, Sauveur reçoit des cas étranges comme ce monsieur Kermartin qui pense que ses voisins du dessus ont installé une caméra de vidéosurveillance dans le plafond de sa chambre à coucher ou comme Gervaise Germain qui s'interdit de prononcer le son « mal » par crainte qu il ne lui arrive un MALheur.

Mais Sauveur reçoit surtout la souffrance ordinaire des enfants et des adolescents : Maïlys, 4 ans, qui se tape la tête contre les murs pour attirer l'attention de ses parents ; Ella, 13 ans, cyberharcelée par ses camarades de classe ; Gabin, 17 ans, qui ne va plus au lycée depuis qu'il passe ses nuits dans World of Warcraft ; Margaux, 15 ans, qui en est à sa deuxième tentative de suicide ou sa sœur, Blandine, 12 ans, que son père aimerait mettre sous Ritaline pour la « calmer »...

Sauveur peut-il les sauver ? Il n'a que le pouvoir de la parole. Il ne croit pas au Père Noël, mais il croit en l'être humain.

Sauveur3.jpg

Mon avisAu risque (assumé) de me répéter : un régal...

Ce sera un avis peu développé car je l'ai lu voici quelques semaines et n'en ai pas rédigé d'emblée un billet. Pêle-mêle : j'ai retrouvé avec grand plaisir la famille en voie de (re)composition de Sauveur, Lazare, Louise, (l'insupportable) Alice et Paul, sans oublier (l'apparemment flegmatique) Gabin et Jovo, l'ex-légionnaire aujourd'hui SDF.

Parmi les nouveaux patients, je retiens particulièrement Wiener, pianiste - père de Samuel - qui semble n'avoir jamais vraiment grandi et Maïlys, 4 ans, qui n'a pas trouvé d'autre moyen que de se taper la tête dans le mur pour attirer l'attention de ses parents "hyper connectés" ; tendresse particulière pour Ella/Elliot, sans oublier Nanou, la pétillante belle-mère de Louise.

Nouveauté dans le chef de Sauveur : on le croyait (presque) parfait et pourtant le "presque" prend ici un peu de consistance. Mais motus et bouche cousue.

Cette série est une friandise, sans mièvrerie aucune, saupoudrée d'humour et d'émotion, ancrée dans notre réalité contemporaine : une douceur que l'on savoure sans jamais s'en lasser. Je prête à tour de bras à mes élèves (et collègues) l'un ou l'autre opus ; nul doute que si la série est un jour publiée en intégrale, elle deviendra LE cadeau idéal.

Merci, Madame Murail.

20:38 Écrit par Païkanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Une série qui me tente beaucoup...
Bonne fin de semaine.

Écrit par : Philippe D | 21/03/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire