20/03/2018

La Magie de Paris, 1 - Le cœur et le sabre, Olivier Gay

Présentation de l'éditeur. Chloé, élève en seconde, assiste un jour par hasard à un combat à l'épée entre Thomas, un élève d'une autre classe qu'elle connaît à peine, et une sorte de démon. L'adolescente tente d'intervenir mais est blessée et perd connaissance. À son réveil, la créature est morte et Thomas lui explique qu'il est un mage et que sa mission est de repérer et fermer les failles vers le monde des démons.

MagieParis1.jpg

Mon avis. Oh, quel excellent moment en compagnie de Chloé...

Voici un récit susceptible de happer les adolescents férus d'action et puisque c'est un tome 1, le risque est (très) grand qu'ils aient envie de lire les suites (c'est le prof machiavélique qui parle).

On y retrouve des thèmes présents dans la série Le noir est ma couleur (1 - 2 - 3 - 4 - 5) : la magie (traitée ici différemment) et la rencontre entre des adolescents que l'irrationnel oppose, sauf qu'ici, c'est la jeune fille qui est "normale" et le(s) jeune(s) homme(s) qui est (sont) pour le moins particulier(s).

La grand(issim)e Chloé, 16 ans, 1 mètre quatre-vingt-trois et demi (!) se retrouve confrontée, par un malencontreux concours de circonstances, à la Magie, avec une majuscule. Parce que, même si personne ne le sait, sauf les premiers concernés, des mages œuvrent par le monde, inlassablement, afin de lutter contre les démons.

Chloé est entraînée dans une histoire abracadabrante, qui la dépasse complètement, lors de laquelle elle mettra en pratique ses dons naturels pour l'escrime. La voici promue, à son corps défendant, Mousquetaire, elle qui s'est nourrie des récits d'Alexandre Dumas. Tout cela alors qu'elle a aussi des soucis liés à l'adolescence : sa singularité (sa taille), le lycée, les amies, la maman peu présente...

Nul temps mort dans ce roman qui se lit en un temps record et est bourré d'humour : à l'instar d'Alexandre dans Le noir est ma couleur, c'est Chloé qui débite, plus souvent qu'à son tour, des "feintes" à 2(00) balles.

  "Je baissai les yeux vers ma poitrine, paniquée. Je portais toujours ma cuirasse - et il y avait bien un trou dedans. Un tache rougeâtre s'étendait autour et ressemblait diablement à du sang séché.

   La première pensée qui me traversa fut : Ma mère va faire la gueule, elle va avoir du mal à rattraper ça.

   La deuxième : Tu parles, comme d'habitude, c'est moi qui ferai la lessive.

   La troisième : Comment suis-je encore en vie ?

   La quatrième : C'est quoi, ce bordel ?" [p. 30-31]

 

Je n'ai finalement qu'un seul regret : devoir attendre l'année scolaire prochaine pour pouvoir le proposer sur mes listes de lecture, les matières à venir ne s'y prêtant pas.

Ce titre entre dans le challenge de La Licorne, 4.

challenge 4 licorne.jpg

20:57 Écrit par Païkanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) |

Commentaires

J'aime beaucoup le sujet, est ce vraiment très ado comme roman ?

Écrit par : Licorne | 21/03/2018

Répondre à ce commentaire

C'est ado mais pour ma part, j'aime beaucoup :-)

Écrit par : paikanne | 21/03/2018

Répondre à ce commentaire

Je le note, cet auteur m intrigue. Merci Paikanne

Écrit par : Licorne | 21/03/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire