15/01/2018

Un cœur sombre, R. J. Ellory

Présentation. Combien de temps peut-on échapper à sa conscience ?
Sous sa façade respectable, Vincent Madigan, mauvais mari et mauvais père, est un homme que ses démons ont entraîné dans une spirale infernale. Aujourd'hui, il a touché le fond, et la grosse somme d'argent qu'il doit à Sandià, le roi de la pègre d'East Harlem, risque de compromettre toute son existence, voire de lui coûter la vie.

Il n'a plus le choix, il doit cette fois franchir la ligne jaune pour pouvoir prendre un nouveau départ. Il décide donc de braquer 400 000 dollars dans une des planques de Sandià. Mais les choses tournent mal : il doit se débarrasser de ses complices, et une petite fille est blessée lors d'échanges de tirs. Rongé par l'angoisse et la culpabilité, Madigan va s'engager sur la dernière voie qu'il lui reste : celle d'une impossible rédemption.

Coeursombre.jpg

Mon avis. Encore une fois, je partais avec un a priori positif ; encore une fois, Ellory est demeuré, avec ce livre, une valeur sûre...

Focus sur Vincent Madigan, cerveau d'un casse sanglant au cours duquel, en compagnie de voyous sans foi ni loi, il vole une somme faramineuse à Sandià, "parrain" local à qui il doit... une somme faramineuse. Il sait qu'il risque gros car si ce dernier a des soupçons, Madigan y laissera la vie, non sans avoir subi des supplices raffinés avant de rendre son dernier souffle... Les choses prennent une tournure dramatique lorsqu'une fillette, qui "n'aurait pas dû" se trouver sur les lieux prend une balle et se retrouve entre la vie et la mort ; en outre, Madigan est contraint de se débarrasser de ses complices.

  "Quand il regarda son reflet dans le miroir, il se demanda si quelqu'un d'autre pouvait voir la culpabilité et la peur évidentes dans ses yeux." [p. 56]

 

Plonger dans Un cœur sombre, c'est s'immerger dans un roman noir (!), un de ceux où le "héros" est difficilement excusable, quoi qu'il entreprenne, et quand - détail -, ce "héros" est un flic, on nage dans la vilenie... Et pourtant, on finit par se soucier de ce flic pourri cerné de tous côtés : chargé de l'enquête officielle par sa hiérarchie, chargé de l'enquête officieuse par Sandià lui-même qui lui verse des pots-de-vin de manière récurrente, il doit aussi composer avec les affaires internes... Bref, un travail d'équilibriste pour Madigan qui finit par se perdre dans le dédale des mensonges qu'il sert sur un plateau aux uns et aux autres.

  "Peut-être qu'il était temps de s'enfoncer dans les ténèbres et d'y faire face." [p. 121]

 

J'ai apprécié sonder ce "cœur sombre", menteur, corrompu, drogué, qui se sent dépassé par ce qu'il s'est lui-même ingénié à bâtir depuis de longues années ; une constante cependant : il se souvient de temps à autre qu'il a des enfants, même s'il ne les voit plus et qu'il s'est séparé, chaque fois, de leur mère. J'ai aussi beaucoup aimé la fin... même si...

Traduction : Fabrice Pointeau ; éditions Sonatine, 2016.

Titre VO : A dark and broken heart (2012).

 

Ce titre entre dans le challenge de la Licorne, 4.

challenge 4 licorne.jpg

16:53 Écrit par Païkanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

Un titre que je note....un auteurdont j'ai déjà lu 3 ou 4 romans qui m'ont plu...

Écrit par : Jacqueline | 16/01/2018

Répondre à ce commentaire

Et moi, je n'ai toujours pas lu cet auteur ! Il y en a décidément trop à découvrir !
Bonne fin de soirée.

Écrit par : Philippe D | 16/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire