26/12/2017

La pâtissière de Long Island, Sylvia Lott

Présentation. 1932. Pour l'empêcher de fréquenter l'homme qu'elle aime, le père de Marie décide de l'envoyer chez ses frères. Elle débarque à New York avec deux secrets dans ses bagages : son coeur brisé et la recette ancestrale d'un savoureux gâteau au fromage blanc. 2002. Rona, sa petite-nièce en plein revers professionnel et sentimental, vient lui rendre visite. Marie lui raconte son histoire et lui confie à son tour la recette du cheesecake...

PatissiereLongIsland.jpg

Mon avis. Une bien agréable lecture qui souffre cependant parfois quelques longueurs...

Le récit commence en 2002 alors que Marie, qui va bientôt fêter ses nonante ans, envoie une lettre à Johann, son frère toujours en Allemagne, lui demandant de venir lui rendre visite aux États-Unis - tant qu'il est encore temps et que sa mémoire défaillante n'a pas tout à fait rompu les amarres -, histoire de mettre au clair certaines choses, occultées depuis les années trente, époque de l'exil. C'est ainsi que Johann vient voir Mariechen en compagnie de Rona, sa petite-fille qui sort d'une rupture douloureuse.

Arrivée à Long Island, Rona écoutera des heures durant Marie raconter sa vie depuis les circonstances qui l'ont conduite à quitter l'Allemagne pour rejoindre deux de ses frères établis depuis quelques années déjà sur le continent américain.

Le roman alterne les deux époques : 2003 et les années trente ; Marie en 2003, au crépuscule de son existence, livre ses souvenirs à une Rona de plus en plus captivée par ces traces du passé ; Marie en 1932 envoyée loin, très loin, parce que le jeune homme dont elle est amoureuse n'a pas l'heur de plaire à un père autoritaire et exigeant.

Un fil conducteur entre ces deux époques : un gâteau au fromage blanc, le Cheesecake New York Style, dont la recette a été transmise à Marie par sa tante Frieda ; un gâteau qui fera bientôt la renommée du Wiemkes' Coffee Shop, le tout petit établissement tenu par ses frères, Willi et Fritz ; un gâteau dont la recette ne peut être écrite ni dévoilée, hormis à une femme qui deviendra elle-même gardienne du secret avant le passage de flambeau ultérieur; un gâteau qui semble magique pour apaiser les tensions éventuelles, même s'il n'avait pas produit l'effet escompté lors du différend entre Marie et son père...

Malgré çà et là quelques longueurs, le récit se lit aisément et balaie une bonne partie du vingtième siècle, évoquant les aléas de la vie de Marie avec, en toile de fond, les prémices de la deuxième guerre mondiale ; Rona verra aussi son existence changer après la rencontre avec sa grand-tante.

  "Oui, étrange, non ? Parfois, il faut des années pour mûrir et parfois, on le sait en quelques secondes : C'est ça !". [p. 171]

Traduction : Lorraine Cocquelin.

Titre VO : Die Glücksbäckerin von Long Island (2014).

Merci aux éditions J'ai Lu pour ce partenariat.

15:28 Écrit par Païkanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire