30/10/2017

La malédiction de Gabrielle, 2 : À l'ombre du diable, Andrea H. Japp

Présentation. 1348. La peste fait rage dans Paris et l'épidémie a changé la face du royaume. Aurait-elle aussi changé Gabrielle ? Déterminée à être maîtresse de son propre destin, plus rien n'arrête cette femme bafouée par son mari, joueur acharné qui dépensait leurs quelques sous dans les pires tripots et les plus sombres bordels. Elle quitte la capitale avec sa fidèle Adeline, emportant avec elle une peinture mystérieuse que les puissants veulent posséder coûte que coûte. Dans une France en panique, tout est possible.

Gaby2.jpg

Mon avis. J'ai retrouvé avec grand plaisir Gabrielle et Adeline, même si j'ai parfois quelque peu rongé mon frein...

Après un résumé - bienvenu - du tome 1, le récit s'ouvre sur un couple de riches bourgeois parisiens ayant fui la capitale - et la pestis - avec leur petite Angélique, pour rejoindre Les Loges-en-Josas, lieu où se sont réfugiées Gabrielle et Adeline.

Gabrielle tire le diable par la queue, malgré l'ingéniosité dont elle et Adeline font preuve pour essayer de trouver de quoi se nourrir ; elle se voit ainsi contrainte de cacher au notaire de son mari qu'elle a perdu l'enfant qu'elle portait ou d'agir de manière "peu recommandable"...

Dans l'ombre des deux femmes gravitent des personnages énigmatiques, voire tout à fait dangereux - dont une Marthe de Rolittret particulièrement retorse - et même si Gabrielle - qui n'a plus rien à voir avec la naïve jeune fille d'autrefois - et Adeline demeurent sur leurs gardes, il arrive que leur vigilance se relâche quelque peu... Or ils sont nombreux ceux qui veulent faire main basse sur le fameux diptyque. Quoi qu'il en coûte. Comme si les ravages de la peste ne suffisaient pas...

C'est en se méfiant de tous qu'elles réussiront peut-être à survivre. Peut-être.

Si j'ai écrit avoir quelque peu rongé mon frein, c'est parce que se tisse une toile gigantesque au milieu de laquelle se débattent nos héroïnes et que cet opus soulève bon nombre de questions... sans en apporter les réponses. Suite donc des aventures de Gabrielle d'Aurillay dans le prochain opus...

Éditions Flammarion (2016) ; éditions J'ai Lu (2017).

Merci aux éditions J'ai Lu pour ce partenariat.

 

Ce titre entre dans le challenge "Lire sous la contrainte" (apostrophe).

lirecontrainte.jpg

11:45 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

Je connaissais ses romans policiers contemporains mais j'ignorais qu'elle écrivait des récits historiques...

Écrit par : Jacqueline | 30/10/2017

Répondre à ce commentaire

Je pense que je n'ai encore rien lu de cet auteur. J'y ai pourtant déjà songé plusieurs fois...
Merci pour cette nouvelle participation à mon challenge.

Écrit par : Philippe D | 30/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire