19/09/2017

Les échoués, Pascal Manoukian

Présentation. 1992. Lampedusa est encore une petite île tranquille et aucun mur de barbelés ne court le long des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Virgil, le Moldave, Chanchal, le Bangladais, et Assan, le Somalien, sont des pionniers. Bientôt, des millions de désespérés prendront d'assaut les routes qu'ils sont en train d'ouvrir.

echoues.jpg

Mon avis. Un récit bouleversant...

J'ai souvent un ou deux train(s) de retard, c'est pourquoi je viens seulement de lire ce titre qui a fait couler beaucoup d'encre à sa sortie, voici déjà deux ans...

Trois points de vue, trois destins, trois souffrances qui se rejoignent en un lieu où, normalement, la vie devrait être plus douce. Normalement.

Le premier, Virgil, le Moldave, tâche de survivre caché dans un trou au plus profond de la forêt de Sénart, sortant de sa cachette pour grappiller de quoi se "nourrir".

  "Cela faisait deux mois maintenant qu'il vivait tapi dans un trou. Une tombe d'un mètre quatre-vingt-dix sur un mètre de large et un mètre de profondeur, creusée à la main au beau milieu de la forêt, et recouverte d'un toit de branches et de feuilles.

   Le jour, il y enfouissait ses affaires. La nuit tombée, il s'y enterrait vivant." [p. 12]

 

Le second se nomme Assan, vient de Somalie et a fui la guerre civile avec sa fille Iman, sa femme et les petites sœurs d'Iman ayant été fauchées par une rafale de mitraillette : "Abdou était descendu du pick-up, traînant la vieille exciseuse derrière lui. La moitié de son visage avait été désossée à coups de crosse. Asma avait tout de suite compris qu'il venait chercher Iman pour la découdre." [p. 27]  Assan "avait refusé de passer une nuit de plus dans ce pays où les garçons changeaient de nom et où les filles vivaient cousues." [p. 27]

 

Chanchal, quant à lui, vient du Bangladesh : vendeur de roses à la sauvette dans les restaurants qui acceptent de le laisser entrer, il vient de se faire "tabasser" par "deux paires de rangers" visiblement profondément dérangées par la couleur de sa peau.

  "Chanchal s'évanouit avant même de sentir que les deux molosses lui urinaient dessus." [p. 44]

 

Ces trois échoués - quatre avec Iman - vont se croiser au hasard de leur douloureuse errance et mettre des mots sur ce qu'ils subissent pour avoir voulu rejoindre un lieu dont ils espéraient tant.

  "Comment témoigner de ces neuf mois de route, de ces blessures à jamais ouvertes, des humiliations, de ce monde empreint de lâcheté, de violence, du manque d'humanité, de cette négation de la vie..." [p. 105]

 

Et au bout de la route, les poings fermés, le rejet. Pourtant, parfois, une lueur dans la nuit...

La fin est percutante ; mes larmes ont coulé, abondantes...

15:42 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

11/09/2017

Élise, Luca Tahtieazym

Présentation. Quatre murs ont été érigés autour d’elle par son geôlier. Tout ce que connaît Élise, elle le tire de ses nombreuses lectures.
Et l’épilogue est proche.
Voici l’histoire de celle qui voyageait avec les mots.

Elise.jpg

Mon avis. Une lecture qui tient en haleine...

C'est au hasard de mes pérégrinations "bloguesques" que j'ai découvert ce récit et je me le suis procuré illico presto. J'ai passé un très "bon" [si vous le lisez, vous comprendrez la nécessité des guillemets] moment en compagnie d’Élise.

Focus sur une petite fille qui, avec les moyens dont elle dispose, raconte sa captivité : elle n'a jamais connu autre chose que l'enfermement dans une espèce de grange qu'elle nomme le Refuge. Plusieurs fois par jour, une femme d'un certain âge, Mama Sim, vient la nourrir et vider le "seau d'aisance" ; celle-ci lui apprend à lire et écrire et lui apporte des livres qui constituent la seule source "d'évasion" de la petite. Elle reçoit aussi la visite régulière de son "papa". Elle a six ans lorsqu'elle commence à évoquer son existence.

C'est cette première partie que j'ai de loin préférée aux autres : l'auteur réussit le tour de force de se mettre dans la peau d'une enfant qui n'a jamais quitté cet espace clos et qui "découvre le monde", à partir des bribes d'informations qu'elle réussit à soutirer à Mama Sim dont le comportement souffle tantôt le chaud, tantôt le froid, et qui semble vouloir la protéger du "papa". Par petites touches, l'enfant finira pas comprendre de quoi, en dehors des brimades et des coups subis, elle doit être protégée...

Les livres sont une autre source, foisonnante celle-là, de renseignements, des livres qu'elle lit et relit inlassablement, savourant la musique des mots pour se forger des images, des idées et trouver en ces compagnons de papier un soutien indéfectible.

Les autres parties touchent, d'une manière ou d'une autre, au destin d'Élise, toujours en relation avec les romans mais impossible d'en dévoiler davantage sous peine d'en dire trop.

  "Le Comte de Monte-Cristo, c'est l'histoire d'une victime éperdue de liberté, un être qui a soif de vie et qui cherche envers et contre tout à se défaire de ses chaînes et à faire tomber les murs qui le retiennent prisonnier. Et quand on la lui ôte, cette liberté, il se venge.

   Il se venge."

 

Ce titre entre dans le challenge de la Licorne

challenge 4 licorne.jpg

11:27 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) |

Le challenge de la Licorne, 4è édition

challenge 4 licorne.jpg

 

 

 

 

 

 

Je me suis réinscrite au challenge de la Licorne qui propose de lire des romans ou recueils de nouvelles appartenant à l'imaginaire (Fantasy, Fantastique, S-F...) et au policier-thriller.

Le challenge court jusqu'au 31 août 2018 : toutes les informations sont disponibles ici.

 

Imaginaire

 

 

Policier-thriller

1) Élise, de Luca Tahtieazym.

11:18 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

01/09/2017

La maison des Turner, Angela Flournoy

Présentation. Cela fait plus de cinquante ans que la famille Turner habite Yarrow Street, rue paisible d'un quartier pauvre de Detroit. La maison a vu la naissance des treize enfants et d'une foule de petits-enfants, mais aussi la déchéance de la ville et la mort du père.

Quand Viola, la matriarche, tombe malade, les enfants Turner reviennent pour décider du sort de la maison qui n'a désormais plus aucune valeur, la crise des subprimes étant passée par là.

Garder la maison pour ne pas oublier le passé ou la vendre et aller de l'avant ? Face à ce choix, tous les Turner, de Cha-Cha, le grand frère et désormais chef de famille, à Lelah, la petite dernière, se réunissent. Et s'il fallait chercher dans les secrets et la mythologie familiale pour trouver la clef de l'avenir des Turner et de leur maison ?

Maison-turner.jpg

Mon avis. La peinture sociale d'une famille noire pauvre de Detroit, du XXe au XXIe siècle...

Le récit commence en 2008, à l'heure où les enfants de la famille Turner doivent prendre une décision relative à la maison familiale, maintenant qu'il est clair que la maman n'aura plus la possibilité d'y revenir en raison de sa santé. Il est cependant extrêmement difficile de trouver un terrain d'entente quand on est treize, éparpillés aux quatre coins du pays, même si certains sont restés à Detroit.

Ce n'est pourtant pas le destin des treize enfants - et petits-enfants et arrière-petits-enfants - qui sera ici raconté mais principalement celui de deux d'entre eux : Cha-Cha, l'aîné, et Lelah, la cadette. Plus de vingt ans les séparent, mais aussi et surtout une manière de vivre totalement différente l'une de l'autre : Cha-Cha est raisonnable, chef de famille respecté et respectable, organisé, soucieux d'agir en patriarche depuis que son père est décédé. Lelah, quant à elle, s'est retrouvée très vite fille mère et, joueuse compulsive, elle vient d'être licenciée et se retrouve sans revenu....

J'ai apprécié cette lecture qui dépeint les vicissitudes vécues par les parents - et par la suite leurs enfants -, après la deuxième guerre mondiale jusqu'en 2008, dans une Amérique où la couleur de peau est signe de différence. J'ai en revanche moins aimé la façon dont, à mon sens, le récit s'éparpille parfois dans de nombreuses directions sans qu'elles ne soient véritablement exploitées.

Merci aux éditions Les escales pour ce partenariat.

Traduction : Anne-Laure Tissut.

Titre VO : The Turner House (2015).

19:58 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |