14/07/2017

(Presque) jeune (presque) jolie (de nouveau) célibataire, Stéphanie Pélerin

Présentation. Quand Ivana se fait larguer comme une vieille chaussette par Baptiste, après huit ans d’amour, il ne lui reste plus que ses kilos et ses rides à compter. Pas facile de se retrouver sur le marché des célibataires à la trentaine, quand, pour couronner le tout, on manque de confiance en soi.

Tentant d’ignorer son chagrin, elle décide de reprendre sa vie (et son corps) en main et s’inscrit sur « Be my boy », célèbre site de rencontres. Si l’offre est alléchante, les produits sont souvent de second choix, voire des retours de marchandise... Heureusement, il reste les amies et le bon vin.

À travers des expériences étonnantes, Ivana doit réapprendre à prendre soin d’elle. Mais rien ne sert de courir… il suffit juste d’être au bon endroit, au bon moment.

jeune.jpg

Mon avis. Un agréable moment...

Voici quelques mois, ce roman a trouvé la route de ma PAL et un matin, j'ai décidé de m'y plonger : aussitôt commencé, aussitôt terminé...

J'ai apprécié le personnage d'Ivana dont les réflexions et l'humour sont particulièrement plaisants. En outre, l'air de ne pas y toucher, l'auteure aborde des problèmes de société liés à la femme et à la difficulté de se forger la place souhaitée sans tenir compte du regard de l'autre. Une gageure.

    "Après tout, le pire n'était pas arrivé : sa mère n'avait pas annoncé qu'elle débarquait pour les vacances d'été." [p. 14]

  "Si ce M. Lambert, dont elle ne connaissait pas le prénom, racontait l'aventure à ses potes, il passerait pour un mec malin : ils lui taperaient même sur l'épaule pour le féliciter. Au mieux, ils ne feraient pas de commentaire sur la nana dont il ferait vaguement mention. Au pire, elle en prendrait pour son grade, cette salope qui l'avait reçu à moitié nue... il n'y avait pas besoin de chercher bien loin ce qu'elle voulait. De son côté, en racontant cette histoire à certaines de ses copines, elle avait peur de récolter leurs regards désolés et des "tu mérites mieux". Envieuses, moralisatrices ? Elle se demandait si un jour une femme pourrait assumer ses choix de vie sexuelle sans craindre le regard accusateur des gens." ´[p. 115 - 116]

 

Comment se (re)construire quand on se fait larguer (mal)proprement et que l'image de soi est sérieusement écornée ?

Quelques heures de lecture bien agréables ; seul petit bémol pour moi : la fin que j'ai moins appréciée que l'ensemble...

16:37 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire