29/09/2017

Le trône de fer, 1, George R. R. Martin

Présentation. Il était une fois, perdu dans un lointain passé, le royaume des Sept Couronnes... En ces temps nimbés de brume, où la belle saison pouvait durer des années, la mauvaise toute une vie d'homme, se multiplièrent un jour des présages alarmants. Au nord du Mur colossal qui protégeait le royaume, se massèrent soudain des forces obscures ; au sud, l'ordre établi chancela, la luxure et l'inceste, le meurtre et la corruption, la lâcheté et le mensonge enserrèrent inexorablement le trône convoité. Pour préserver de l'ignominie les siens et la dynastie menacés se dresse alors, armé de sa seule droiture, le duc Stark de Winterfell, aussi rude que son septentrion natal. Mais, en dépit du pouvoir immense que vient de lui conférer le roi, a-t-il quelque chance d'endiguer la tourmente qui se lève ?

trônefer1.jpg

Mon avis. J'ai profité de la réédition du Trône de fer pour (enfin) découvrir cette saga. Bien m'en a pris...

De cette série télévisée, j'entendais la plupart du temps, lorsqu'un membre de la famille regardait un épisode, des gémissements : soit les personnages se trucidaient, soit ils forniquaient et je n'avais nulle envie d'y jeter un œil. Mais puisqu'il est dit que seuls les imbéciles ne changent pas d'avis, j'ai eu envie de mettre des visages sur des noms et au fur et à mesure de ma lecture, je regardais l'un ou l'autre épisode, veillant à ne pas aller plus vite par l'image que par les mots...

Est-il encore utile de présenter cette saga que tout le monde - ou presque - connaît ? Dans le doute, en voici quelques éléments...

Le prologue met en évidence des "créatures" qui vivent au-delà du Mur ; ces autres semblent devoir devenir un fléau qui s'abattra sur les humains...

En attendant, nous suivons la famille des Stark, dont le père, Eddard - qui n'avait rien demandé, bien au contraire -, est contraint de devenir la Main du Roi Robert Baratheon, son ancien compagnon de bataille. Un tel honneur ne se refuse pas et c'est la mort dans l'âme qu'il devra laisser derrière lui femme et (certains de ses) enfants, ainsi que le froid du Nord dans lequel il se sent chez lui pour se rendre, en compagnie de son suzerain dans un Sud à la chaleur  écrasante. Eddard étouffe, dans tous les sens du terme, d'autant que les complots s'ourdissent à tour de bras. Son fils illégitime, Jon Snow, a rejoint le Mur alors que Bran est resté à Winterfell en compagnie de sa mère et de son jeune frère. Quant aux filles, Sansa et Arya, elles ont accompagné Ned à Port-Réal. Coup de cœur pour Arya qui souffre plus souvent qu'à son tour de sa "condition féminine"...

Parallèlement, on découvre Daenerys, princesse déchue en quelque sorte, sous la coupe autoritaire et perverse de son c... de frère, Viserys ; celui-ci vient de la vendre, ni plus ni moins, à un chef barbare, Drogo. Mais en fin de compte, l'on peut se demander qui est le plus barbare ? [Jason Momoa dans le rôle de Khal Drogo vaut indéniablement le coup d’œil].

Côté Lannister, un seul a trouvé grâce à mes yeux, c'est Tyrion, dont l'intelligence s'avère inversement proportionnelle à la taille ; la reine et son frère jumeau sont particulièrement détestables, mais ce n'est rien, semble-t-il, en regard du prince héritier qui a "de qui tenir".

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce premier tome ; deux bémols cependant : d'abord un souci d'impression puisqu'à de multiples reprises, des mots n'ont pas été correctement scindés ; en outre, certaines phrases sont parfois tellement alambiquées qu'il m'est arrivé de devoir les relire afin d'en décoder le sens. Fait de l'auteur ou du traducteur ? I don't know...

  "Alors, de funestes pressentiments envahirent Eddard Stark. Sa place était ici, dans le nord. Il jeta un regard circulaire sur les effigies de pierre qui l'entouraient, prit, dans le silence glacial de la crypte, une profonde inspiration. Il sentait les yeux des morts peser sur lui. Il les savait tous à l'écoute. Et l'hiver venait." [p. 64]

Traduction : Jean Sola.

Titre VO : Song of Ice and Fire, book 1 : A Game of Thrones (1996)

Je ne lirai probablement pas la suite : j'ai trop envie de découvrir la suite de la série et je ne lis jamais un roman après en avoir vu l'adaptation télévisée ou cinématographique...

Merci aux éditions J'ai Lu pour ce partenariat.

 

Ce titre entre dans les challenges Littérature de l'imaginaire (18/24) et "de La Licorne".

challenge 4 licorne.jpgChallenge-imaginaire5.png

18:50 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

C'est étonnant de voir quelqu'un prendre la série maintenant. En général, ceux qui ne la regardent pas déjà sont convaincus de ne jamais la regarder. C'est rare de savoir changer d'avis. ;-) Pour ce qui est du côté livre-sérietv, je trouve justement que les livres apportent vraiment quelque chose à la série. Ils permettent de mieux comprendre les personnages et de mettre tout cela en relief. Je crois que c'est la seule oeuvre avec laquelle j'ai autant de plaisir sur les deux supports. Bon visionnage ! :-)

Écrit par : Maman bouquine | 29/09/2017

Répondre à ce commentaire

Eh bien, moi, je ne connais pas !
Bon dimanche.

Écrit par : Philippe D | 30/09/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire