17/07/2017

L'emprise du passé, Charlotte Link

Présentation. Qui pouvait bien en vouloir à Richard Linville, ancien inspecteur de police, retrouvé assassiné chez lui ? L'enquête piétine : Kate, sa fille unique, décide de prendre les choses en main. Tant pis si ça doit froisser Caleb Hale, à qui le dossier a été confié, et qui compte bien en profiter pour redorer son image...

Elle n'a pas plutôt mis le nez dans l'affaire que les pistes se multiplient et, avec elles, les morts.

Tandis que Caleb épluche les archives de la police, Kate, de son côté, va creuser la vie de ce père dont elle croyait tout savoir... Mais est-elle vraiment prête à remuer le passé ?

emprise-passe.jpg

Mon avis. J'ai lu des critiques parfois mitigées à propos de ce roman mais pour ma part, je l'ai beaucoup aimé...

Le livre commence avec une espèce de prologue qui se déroule en 2001 avant de se poursuivre avec les événements de 2014 : Richard Linville est chez lui et se fait littéralement exécuter, non sans avoir été torturé. Qui s'en est pris à ce policier retraité exemplaire ?

Trois mois plus tard, sa fille Kate, sergent à Scotland Yard, débarque à Scalby : officiellement, elle est en congé et vient débarrasser la maison familiale ; officieusement, elle est bien décidée à mener ses propres investigations, même si l'inspecteur Caleb Hale préférerait l'avoir hors des pattes.

  "En fait, elle semblait avoir renoncé à le soigner, le mal. Elle n'avait à cœur qu'une seule chose : faire justice de l'assassin de son père." [p. 57]

 

Parallèlement, on suit Jonas et Stella Crane, un couple parti se ressourcer avec leur fils dans les North York Moors, en un lieu isolé de tout et tous.

  "Ce ne fut que plusieurs semaines plus tard que Jonas lui avoua la vérité : lui aussi avait éprouvé un mauvais pressentiment. Une inquiétude vague et sourde, qu'il s'était empressé de refouler." [p. 46]

 

Le récit alterne les chapitres consacrés à l'enquête - menée tantôt par Caleb et/ou ses subordonnés, tantôt par Kate qui n'a aucune autorité pour s'y atteler mais n'en fait qu'à sa tête - et ceux relatifs à la famille Crane. S'ajoutent en outre des passages centrés sur une certaine Melissa Cooper.

Personnellement, je n'ai jamais été déstabilisée par cette multiplicité de points de vue, même si l'on attend longtemps avant de commencer à voir de quelle manière ces bouts d'histoire se rejoignent.

J'ai beaucoup aimé les nombreuses ramifications de cette intrigue ainsi que les personnages, tantôt héros, tantôt anti-héros, tout comme les (fausses) pistes envisagées. Cerise sur le gâteau : la fin que je n'ai pas vue venir ; je m'étais pourtant bien creusé la cervelle afin d'essayer de reconstituer le puzzle...

Un grand merci aux éditions J'ai lu pour cette belle découverte.

Traduction : Marion Roman.

Titre VO : Die Betrogene (2015).

14:37 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) |

Commentaires

Un bon moment de lecture pour moi aussi ...

Écrit par : Jacqueline | 17/07/2017

Répondre à ce commentaire

Ohlala tout à fait le genre de livres qui me plait, je le note !!

Écrit par : Anne Sophie | 17/07/2017

Répondre à ce commentaire

J'ai très peu lu Ch. Link. Il faudra que je remédie à ça !
Bon dimanche.

Écrit par : Philippe D | 22/07/2017

Répondre à ce commentaire

Voilà pour me plaire ;) Officiellement pour proposer des lectures VO en allemand à ma fille ^^

Écrit par : Nahe | 28/07/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire