18/06/2017

Port d'Âmes, Lionel Davoust

Présentation. Rhuys ap Kaledán a été condamné, adolescent, à huit ans de servitude dans la Marine. A vingt-deux ans il est toujours en vie mais a tout perdu : sa demeure, sa famille, ses titres de noblesse...

Lorsqu'il débarque à Aniagrad, la Cité franche, il a la tête pleine d'idéaux et est bien décidé à se faire un nom et, qui sait, à retrouver la place qui aurait dû être la sienne. Mais la cité du mensonge va vite le faire déchanter. S'il veut survivre, Rhuys devra faire bien des concessions et, même, prendre les prédateurs qui le chassent à leurs propres pièges.

Port-d-ames.jpg

Mon avis. Une très belle plume...

Si je connaissais le nom de l'auteur (à l'honneur en ce mois de corrections intenses sur Book en Stock) depuis déjà un bon moment, je n'avais jamais eu l'occasion de le lire ; c'est désormais chose faite et je ne le regrette nullement.

Focus sur Rhuys ap Kaledan, 14 ans, adolescent destiné à suivre la voie tracée par son père, baron rhovélien. Son destin se déploiera pourtant différemment de ce qui était prévu lorsque son père est définitivement ruiné ; pire, pour éponger les dettes familiales, Rhuys est contraint de donner huit années de sa vie à la Marine.

Il aurait pu - il aurait dû - y laisser sa peau ; cependant, c'est fort de cette expérience "à la dure" qu'il débarque à Aniagrad, la cité où tout est possible, où tout se monnaie, à condition de ne pas trop vite se retrouver dans le collimateur de l'omnipotente administration.

"Il sourit et leva la tête vers les mouettes qui tournoyaient au-dessus du mât. La ville se dévoilait comme une légende sous les faisceaux ensoleillés tombant des nuages. Aniagrad, qui enserrait dans ses venelles d'innombrables espoirs et tragédies ; le port franc où s'étaient construits et défaits mille destins, où se nouaient de fructueux accords commerciaux et où s'achetaient les armes pour les trahir. La cité du bout du monde qu'on n'atteignait qu'au prix d'une interminable traversée, quand les escales exotiques se fondaient en une succession de nuits vaporeuses." [p. 27 - 28]

 

Le "souci", c'est que Rhuys est pétri d'idéalisme. Absolument. Indéfectiblement. Irrémédiablement. Comment, dès lors, tenter de concilier ses convictions profondes avec les "règles du jeu" imposées par la ville ?

Le récit tourne autour de cette "inconciliabilité" et suit ce jeune homme foncièrement attachant, même s'il arrive que, de temps à autre, l'on en arrive à remettre en question certains de ses choix. Les personnages rencontrés sont pour la plupart nuancés, à l'instar des humains qui ne sont jamais entièrement bons ou mauvais. Je retiendrai particulièrement Rhuys lui-même, mais aussi Vaillance, le vieux loup de mer qui a un temps servi de modèle à notre héros ; la Vendeuse grâce à qui le phénomène du Transfert n'aura (presque) plus de secret pour Rhuys ; ou encore Camil Katraz qui réussit à rendre touchants les principes que l'on a décidé de suivre, envers et contre tout.

L'univers dépeint dans ce roman est extrêmement riche, fouillé, et évoque "l'air de rien" des sujets de société tout à fait contemporains ; il m'a fait songer, par moment, à ceux imaginés par Brandon Sanderson. Cerise sur le gâteau : la plume qui fait la part belle à la poésie et rend agréables à lire les passages parfois un peu longs.

  "Il éprouva une curiosité insatiable, que la sienne propre reconnut et salua comme sa sœur. La joie solitaire de l'inconnu bourgeonna en lui, lui rappelant les moments où, seul dans la mâture, il avait contemplé l'immensité des océans et songé à tous les chemins à sa disposition, à l'avenir qui n'était pas encore. La nuit ne dissimulait pas dangers et cauchemars ; elle affranchissait au contraire celui qui acceptait d'en emprunter les sentiers obscurs, de s'ouvrir à ses trouvailles. Il n'y avait rien à découvrir ; il fallait seulement distinguer l'infinité des croisements à la faveur de l'ombre." [p. 189 - 190]

 

Merci à Book en Stock et Folio pour ce partenariat.

Ce titre entre dans le challenge "Littérature de l'imaginaire" (14/24). 

Challenge-imaginaire5.png

 

 

 

 

18:03 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire