26/05/2017

Le jour où..., Paul Beorn

PrésentationLE MARCHAND DE SABLE EST PASSÉ...

Tous les adultes ont sombré, les uns après les autres, dans un mystérieux coma... Enfants et adolescents se retrouvent livrés à eux-mêmes. Dans une petite ville, Léo et Marie, deux lycéens de seize ans, rassemblent autour d’eux quelques amis pour vivre ensemble dans un vieil immeuble.
Mais d’autres adolescents, parmi les plus âgés, profitent de la situation, s’accaparent les réserves de nourriture et deviennent de plus en plus violents. Léo et sa bande doivent apprendre à se battre pour défendre leur liberté quand d’autres voudront imposer la loi du plus fort. Parviendront-ils à survivre jusqu’au réveil des adultes ?
Et si ces derniers ne se réveillaient jamais ?

Le-jour-où.jpg

Mon avis. Une très belle découverte...

Voici quelques mois, une de mes élèves m'amène un livre en classe, me disant que c'est un de ses préférés et que je dois absolument le lire. J'avoue que je crains toujours quelque peu ce genre de situation car si je n'aime pas le livre en question, je doucherai l'enthousiasme de l'élève et cela m'ennuie.  [Pour info., cela m'est arrivé avec un roman encensé par tous : Le parfum, de Patrick Süskind]. Je me suis tracassée inutilement : j'ai entamé la lecture et j'ai été aussitôt happée par le récit... [Merci, Clara]

Nous sommes d'emblée plongés dans un Paris où les adultes se sont endormis les uns après les autres, laissant "derrière eux" les jeunes de moins de 17 ans. Passés les premiers moments d'euphorie ("chouette, plus de parents sur le dos !"), il devient indispensable de s'organiser pour (tenter de) survivre. Les choses sérieuses commencent, les premiers drames surviennent...

Le récit alterne les points de vue de deux personnages majeurs : Léo(nard), 16 ans, promu chef presque malgré lui, désireux d'assurer la protection des plus faibles, particulièrement les très jeunes et les bébés ; Marie, fidèle amie (profondément amoureuse) de Léo, celle qui organise, planifie, calcule, prévoit. Autour de ces deux piliers gravitent Paul, "un mètre quatre-vingt-dix, toujours le sourire aux lèvres et beau comme un champion, on peut compter sur lui" ; Sam, "la jolie métisse de mauvais poil", "elle a fait huit ans de karaté et on peut compter sur elle, aussi." [p. 11] ; et encore Marcello, celui qui "sait tout sur tout", diminué physiquement, ainsi que Lisa, la "directrice" de la "crèche improvisée".

La survie s'est organisée vaille que vaille ; le souci, c'est que des bandes ont pris possession de certains quartiers et contrairement à la Cantine où l'entraide est le maître-mot, toutes ne sont pas animées par le respect de l'autre, loin s'en faut : quand l'anarchie menace, le "chacun pour soi" devient vite le leitmotiv. Ainsi, les Cracheurs ont pris possession du supermarché et quiconque s'en approche est susceptible de tâter de la barre de fer.

Ce récit est à mille lieues de la (supposée) candeur que l'on prête parfois aux jeunes ; certaines scènes sont dures et mettent le doigt là où cela fait mal, en appuyant très fort, à l'instar de la violence (parfois) bel et bien présente dans notre société.

  "Dans la logique des bandes armées, les chefs qui s'en sortiront seront les plus violents, ceux qui sauront se bâtir une réputation par la terreur et rassembler de grands groupes autour d'eux. Et nous aussi, on va devoir faire la même chose : rassembler autour de Léo toutes les bonnes volontés possibles. Sinon, on disparaîtra."[p. 53]

  "Cette fois, le silence ne fait pas juste une petite visite. Il nous tombe dessus, il s'installe. C'est que ça pèse lourd, parfois, le silence. Ce que vient de dire ce gosse... On ne joue plus à cache-cache, là. Ils sont allés un cran plus loin, ils ont dépassé le point de non-retour, la ligne qui sépare les gens normaux des salauds. C'est Marie qui avait raison à leur sujet : le prochain coup, ce sera un meurtre." [p. 63]

 

Un récit qui ne laisse pas indifférent, à réserver aux élèves du secondaire supérieur.

Ce titre entre dans les challenges "Jeunesse/Young Adult" (18/20), "Littérature de l'imaginaire" (12/24), "de la Licorne 3", "Objectif du mois" (un des genres littéraires favoris pour mai).

challenge-jeunesseYA6.jpeg

Challenge-imaginaire5.png

challenge Licorne3.png

objectifdumois.png

 

 

 

 

21:23 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) |

Commentaires

Je vais le noter, merci !

[Mais "Le parfum" ? Vraiment ?]

Écrit par : Marguerite | 27/05/2017

Répondre à ce commentaire

Vraiment ;-)

Écrit par : paikanne | 27/05/2017

Je note le titre ....Ton billet donne très envie de découvrir ce roman ....

Écrit par : Jacqueline | 27/05/2017

Répondre à ce commentaire

Je n'avais jamais entendu parler de ce bouquin, mais j'avoue qu'il est pas mal intrigant! Je pense que je vais l'ajouter à ma WL! :o

Écrit par : Xiouxiou | 29/05/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire