24/02/2017

Il ne faut pas parler dans l'ascenseur, Martin Michaud

Présentation. Quand elle se réveille sur un lit d'hôpital, Simone Fortin apprend qu'elle a été victime d'un chauffard et sort tout juste du coma. Et pourtant, elle est persuadée d'avoir passé les 24 dernières heures avec un inconnu, Miles. Incapable d'accepter que cette rencontre n'était que le fruit de son imagination, elle va tout faire pour le retrouver... Et s'il ne s'agissait pas que d'un accident ? Et si le chauffeur de la voiture lui voulait du mal ? Y aurait-il un lien entre cette affaire et les meurtres des deux hommes tués exactement de la même manière à une journée d'intervalle ?

C'est ce que tente d'élucider le commissaire Victor Lessard, pour faire oublier sa dernière bavure mais aussi pour ne pas penser à l'échec de sa vie familiale. Jusqu'à ce que son propre fils soit mêlé à ses recherches...

Une jeune femme lancée à la poursuite d'un homme qui pourrait ne pas exister. Un enquêteur de la police de Montréal sur deux affaires inquiétantes. Un chasseur impitoyable qui pense que chacun doit payer pour ses fautes. Trois destins qui vont se croiser inéluctablement, pour le meilleur et pour le pire...

Lessard1.jpg

Mon avis. Après la lecture de S.A.S.H.A. et Sous la surface,  je poursuis ma découverte d'un des maîtres québécois du thriller avec la première enquête de Victor Lessard (tant qu'à faire, je compte les lire dans l'ordre).

Victor Lessard est un "flic de son temps" : à l'instar de bon nombre de policiers de papier contemporains, il est cabossé, pas toujours droit dans ses bottes, ni dans sa tête d'ailleurs ; il lui arrive de flirter avec la ligne rouge...

Par touches infimes, l'auteur dessine l'immense toile de cette histoire qui entraîne le lecteur sur des sentiers inexplorés, ceux qui font la part belle au fantastique ; parallèlement à l'enquête qui le conduit dans de multiples directions, Lessard essaie de garder la tête hors de l'eau car son existence, dans laquelle l'alcool avait pris une (trop) grande place, s'effiloche, c'est le moins que l'on puisse dire : il en est réduit à s'arrêter devant la maison de son ex-femme afin de grappiller de fugitives images de sa famille...

"Il se sentit tout à coup découragé. Il n'y arriverait pas. Il pensa à se cacher sous les couvertures avec un verre. Un tout petit verre de rien du tout.

   Ne gâche pas tout, Lessard." [p. 67]

 

Il semble que les crimes sur lesquels le commissaire est chargé de faire la lumière soient liés, d'une manière ou d'une autre, à Simone Fortin (la narration en "je" de l'histoire), la jeune femme qui, renversée par un chauffard, vient de sortir du coma et met tout en œuvre pour retrouver un certain Miles avec qui elle a passé une journée mémorable. Le hic, c'est que personne ne semble le connaître...

J'ai vraiment passé un très bon moment en compagnie de Victor Lessard, son équipe, ainsi que les autres protagonistes, victimes ou non ; difficile de lâcher le livre une fois commencé. Cerises sur le gâteau : le vocabulaire et les expressions québécois que je prends plaisir à découvrir.

Ce titre entre dans le challenge de la Licorne 3 comme "lecture supplémentaire".

challenge Licorne3.png

 

14:53 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) |

Commentaires

J'aime beaucoup l'auteur et son personnage principal. Celui qui m'a moins plu est "La chorale du diable" car très noir et touchant des enfants.
Et un écrivain adorable.
Contente que tu ais apprécié.

Écrit par : argali | 24/02/2017

Répondre à ce commentaire

Une excellente découverte pour moi aussi : tant la série que "sous la surface". Il me reste à lire S.A.S.H.A.

Écrit par : Nahe | 25/02/2017

Répondre à ce commentaire

Je n'ai lu que SASHA. Il faudrait que je continue la découverte de cet auteur.
Bon congé.

Écrit par : Philippe D | 25/02/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire