27/01/2017

Viens avec moi, Castle Freeman Jr.

Présentation. Au fin fond du Vermont, la jeune Lillian est devenue la cible de Blackway, le truand local. Alors que le shérif se révèle impuissant, Lillian se tourne vers un étrange cénacle. Sous la houlette de Whizzer, ancien bûcheron en chaise roulante, quelques originaux de la région se réunissent chaque jour dans une scierie désaffectée. Avec ses deux anges gardiens peu ordinaires : un vieillard malicieux, Lester, et un jeune garçon, Nate, plus baraqué que fut, Lillian se met à la recherche de Blackway dans les sombres forêts qui entourent la ville. De bar clandestin en repaire de camés, la journée qui s’annonce promet d’être mouvementée, l’affrontement final terrible.

Viens-avec-moi.jpg

Mon avis. Thriller ? Nenni. Roman noir ? Oui. Ou plus exactement gris foncé...

L'intrigue tient en quelques mots : ceux présentés sur la quatrième de couverture. Ni plus. Ni moins. Inutile de chercher autre chose, vous seriez déçus. Et je reconnais que j'en attendais (aussi) autre chose...

Les mots qui me viennent à l'esprit suite à cette lecture sont "atmosphère" et "rien". "Atmosphère" car celle qui imprègne le récit est tout à fait particulière : elle colle à la peau, elle sent la sueur et le glauque dans le "trou du cul de l'Amérique (très) profonde" alias Est Connardville. "Rien" car il ne se passe rien, hormis la "balade" de Lillian, jeune femme décidée à ne pas se laisser faire (Clint Eastwood dirait - cf. Gran Torino - que Blackway est tombé sur celle qu'il ne fallait pas faire chier), Lester, le vieux briscard pire salopard et le grand Nate sur le chemin qui conduit à Blackway (!).

On attend donc la confrontation entre le trio et la crapule du cru, un périple entrecoupé par les dialogues (de sourds) de Whizzer et ses comparses demeurés dans la scierie désaffectée devenue leur point de ralliement. Confrontation (trop) vite expédiée, selon moi.

Un petit air de Des souris et des hommes avec ce récit bref que j'aurais davantage apprécié si l'intrigue avait été un tantinet plus étoffée.

Merci aux éditions J'ai Lu pour ce partenariat.

Traduction : Fabrice Pointeau.

Titre VO : Go with me (2008).

19:15 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Un roman que je ne tenterai pas ..... Vu ma pal d'une cinquantaine de livres, je ne note plus que les "coups de cœur" des blogs que je suis ......:)

Écrit par : Jacqueline | 27/01/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire