07/12/2016

Sauveur & Fils, saison 1, Marie-Aude Murail

Présentation. Quand on s’appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90 mètre pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d’affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s’évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois sœurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la mère vient de se remettre en ménage avec une jeune femme…

   Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien.

   Mais à toujours s’occuper des problèmes des autres, Sauveur oublie le sien. Pourquoi ne peut-il pas parler à son fils Lazare, 8 ans, de sa maman morte dans un accident ? Pourquoi ne lui a-t-il jamais montré la photo de son mariage?

   Et pourquoi y a-t-il un hamster sur la couverture ?

Sauveur1.jpg

Mon avis. Un régal... à tel point que je me suis demandé si je ne le lirais pas en classe à la place de Simple...

Sauveur (ça ne s'invente pas !) est un (charmant) psychologue qui reçoit à domicile des patients aux problèmes très variés ; à force d'écoute, de patience, de jugeote, il réussit souvent à les aider, (petit) pas à (petit) pas.

De l'autre côté de la porte (entrouverte) de son cabinet traînent (souvent) deux oreilles : celles de Lazare, son fils de 8 ans, un petit garçon intelligent, perspicace, curieux de tout, souvent livré à lui-même en raison des horaires extensibles de son papa, un papa qui élude systématiquement les questions relatives à sa femme décédée.

Cette première saison se centre sur Sauveur et Lazare, ainsi que sur certains des (jeunes) patients du psychologue ; l'écriture est savoureuse, l'humour présent et les personnages extrêmement attachants, avec une mention particulière pour Lazare, dont les interventions judicieusement naïves déconcertent souvent ses interlocuteurs. Le récit aborde, l'air de rien, des sujets variés, comme la différence, le racisme, le mal-être des adolescents, l'homosexualité, les relations entre parents et enfants, qu'elles soient (apparemment) harmonieuses, tendues, voire douloureuses, les petits bonheurs aussi. La vie, tout simplement.

  "- Tu te scarifies ou tu es phobique scolaire ou autre chose? demanda Lazare à son compagnon de route, plutôt par politesse que par réel intérêt.

   - Tu es complètement dingue, le rembarra Gabin.

   - Papa dit que les gens qui vont mal, ils t'apprennent plein de choses sur toi.

   - Vous êtes dingues, tous les deux." [p. 77]

 

Je lirai bien sûr la suite.

Ce titre entre dans les challenges "Objectif du mois" [ pour décembre, lire un ouvrage de son auteur préféré ; Marie-Aude Murail fait partie de mes auteurs préférés] et "Jeunesse/Young Adult" [4/20].

objectifdumois.png

 challenge-jeunesseYA6.jpeg

17:40 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) |

Commentaires

C'est la deuxième fois que je vois un avis sur ce livre, et j'avoue que j'aime beaucoup cette auteure également! J'ai un très bon souvenir de mes lectures obligatoires de secondaires (j'avais du lire Dinky rouge sang et L'assassin est au collège) et j'avais du coup acheté par moi-même 2 autres livres d'elle! :) Si un jour l'occasion se présente, je pense que je retenterais peut-être bien l'expérience Marie-Aude Murail

Écrit par : Xiouxiou | 08/12/2016

Répondre à ce commentaire

Je te recommande aussi Simple, absolument :-)

Écrit par : paikanne | 08/12/2016

Si tu remplaces "Simple" par celui-ci, c'est qu'il vaut vraiment le détour !
Je ne connais pas, mais je retiens...
Bon weekend.

Écrit par : Philippe D | 09/12/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire