11/11/2016

La Ballade de Lila K, Blandine Le Callet

Présentation. Une jeune femme, Lila K., fragile et volontaire, raconte son histoire.

Un jour, des hommes en noir l'ont brutalement arrachée à sa mère, et conduite dans un Centre, mi-pensionnat mi-prison, où on l'a prise en charge. Surdouée, asociale, Lila a tout oublié de sa vie antérieure. Son obsession : retrouver sa mère, recouvrer sa mémoire perdue.

Commence alors pour elle un chaotique apprentissage, au sein d'un univers étrangement décalé, aseptisé, où les livres n'ont plus droit de cité…

Lila-K.jpg

Mon avis. Une subtile dystopie...

Ce récit raconte l'histoire de Lila K., une jeune fille qui, arrachée à sa mère, a été placée dans un Centre et tente de faire la lumière sur les premières années de sa vie, ce passé qui permettrait d'expliquer un tant soit peu les troubles dont elle souffre : elle ne supporte pas qu'on la touche ; elle est obligée la plupart du temps de porter des lunettes de soleil, tant la lumière l'agresse ; elle a subi un certain nombre d'opérations dont les causes demeurent floues ; en dehors du pâté, elle est dégoûtée par la nourriture ; elle apprécie particulièrement les espaces clos.

L'action se déroule en France, dans un futur relativement proche où les individus sont constamment contrôlés, surveillés, évalués - pour leur bien, évidemment... -, où la technologie est omniprésente, où les "livres papier" sont bannis. Tout "élément subversif" doit être identifié et "recadré".

Extrêmement intelligente, Lila se rend très vite compte que si elle veut (essayer de) trouver des réponses à ses multiples questions, elle doit, tant que faire se peut, "passer inaperçue" et donner l'illusion qu'elle "file droit"...

C'est petit à petit, en cheminant à ses côtés, que le lecteur découvre les pièces du puzzle relatif à la vie de Lila, un personnage auquel on s'attache ; l'occasion d'attirer l'attention sur les dérives d'une société ultra-sécurisée... mais nullement sécurisante.

  "La troisième année du protocole a été l'occasion d'un grand bouleversement. Un matin, M. Kauffmann a débarqué dans ma chambre en poussant devant lui un énorme caisson à roulettes.

   - Qu'est-ce que c'est, monsieur Kauffmann ?

   Il s'est assis sur le lit, l'air mystérieux, et d'un geste solennel a soulevé le couvercle du caisson.

   -Viens donc voir, fillette !

   Je me suis approchée.

   - On appelle ça des livres. Tu vas voir, tu n'en reviendras pas.

   J'ai levé un sourcil sceptique. Il avait beau dire, ça ne payait pas de mine. Mais lui semblait très excité. Il s'est emparé d'un volume, puis il l'a soulevé à hauteur de mes yeux.

   - Regarde bien, Lila.

   J'ai vu le livre s'ouvrir entre ses mains, éclater en feuillets, minces, souples et mobiles. C'était comme une fleur brutalement éclose, un oiseau qui déploie ses ailes.

   - Ça t'en bouche un coin, n'est-ce pas ?

   Je n'ai pas répondu. Je regardais ses gros doigts qui feuilletaient les pages, couvertes de signes noirs et de taches colorées.

   - Eh bien, tu as perdu ta langue ?

   - Comment dites-vous que ça s'appelle ?

   - Un livre. C'est ce qu'on avait, avant les grammabooks.

   - Et... qu'est-ce qu'il y a écrit, là-dedans ?

   - Ça dépend du livre.

   J'ai ouvert des yeux ronds. Je n'y comprenais rien." [p. 53 - 54]

 

Un texte à faire lire aux élèves du secondaire supérieur ; grand merci, Vinciane, pour cette découverte...

18:22 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) |

Commentaires

Un billet bien tentant .... J'ai déjà lu d'excellentes critiques de ce roman ...... et vu ton avis, ce sera ma prochaine lecture "dystopique" .....

Écrit par : Jacqueline | 11/11/2016

Répondre à ce commentaire

J'espère que tu apprécieras Lila autant que moi :-)

Écrit par : paikanne | 11/11/2016

Je l'ai vu passer des dizaines de fois et j'ai toujours remis sa lecture à plus tard. Tu me donnes envie de le lire prochainement.

Écrit par : argali | 12/11/2016

Répondre à ce commentaire

J'ai beaucoup aimé ce roman ....avec une mention particulière pour Lila ...... Une suite m'aurait bien plu ...:)

Écrit par : Jacqueline | 25/11/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.