12/10/2016

La nuit avec ma femme, Samuel Benchetrit

Présentation. Un homme ouvre son cœur à sa femme disparue sous les coups d'un autre, venue le visiter le temps d'une nuit. Un voyage intérieur poétique, âpre et intime. Le temps d'une nuit, le narrateur est visité par sa femme disparue sous les coups d'un homme. Il lui parle et l'emmène dans une déambulation dans les rues parisiennes. Sur les lieux de leur amour et de leurs déchirures, il s'adresse à elle et convoque, au fil de pages intenses, les blessures et les joies de leur destinée tragique, leurs souvenirs communs, leur fils merveilleux et la difficulté de vivre sans elle. Un voyage intérieur passionné et poétique.

Nuit-femme.jpg

Mon avis. Au risque de me faire des ennemi(e)s : j'ai peu apprécié cette lecture qui m'a trop souvent lassée...

Est-il utile de préciser que l'auteur est le mari de Marie Trintignant, dont elle était séparée alors que le drame que l'on connaît est survenu ? Il raconte la douleur et la profonde souffrance qui sont les siennes dans une espèce de long cri désespéré adressé à l'actrice ; il raconte la présence nouée en lui de celle qui n'est désormais "plus là" et qui, pourtant, prend tellement de place et se tient à ses côtés.

Où donc est le "problème", me direz-vous (avec raison) ? D'abord, l'écriture m'a d'emblée rebutée, même si elle cadre bien avec le propos qui semble surgir comme si les mots étaient devenus incontrôlables, à savoir des phrases souvent très courtes, hachées. Ensuite, l'émotion a rarement été au rendez-vous, hormis lors des moments qui évoquent la mort de Marie Trintignant ou ceux passés avec leur fils. Après.

  "Je voudrais des ventes aux enchères de rêves. J'en achèterais pour cette nuit. Le rêve que l'on dérange quand le téléphone sonne. Le matin est si petit parfois. Tu m'as appris à l'aimer. Les heures orphelines. Ne pouvant offrir que leur inquiétude." [p. 63 - 64]

Ce fut donc clairement pour moi une déception mais allez découvrir d'autres avis - entre autres celui de Cajou qui avait suscité mon intérêt pour ce titre -, vous ne risquez qu'une chose : avoir envie de vous plonger dans ce récit...

Merci à Babelio et aux éditions Plon/Julliard pour ce partenariat.

19:02 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

Oh zut alors. Mais je comprends que ce style et ce flot continu de mots aient pu te déplaire (alors que moi il m'a séduite) tant c'est particulier.
Des bisous,
Cajou

Écrit par : Cajou | 12/10/2016

Répondre à ce commentaire

Ce livre m'a beaucoup touchée ..... Je me suis laissé porter par les mots de l'auteur ....... mais je peux comprendre ton ressenti .....

Écrit par : Jacqueline | 12/10/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire