23/09/2016

Les mangues resteront vertes, Christophe Léon

Présentation. 1975 : Odélise a dix ans lorsque, peu avant la saison des mangues, elle est arrachée à sa famille et à son île de La Réunion avec une centaine d’autres enfants.
Elle est envoyée en métropole dans une famille d’accueil de la Creuse. Pour lutter contre le chagrin, l’isolement, mais aussi le froid et le déracinement, Odélise s’invente un double, Zeïla, qui ne la quittera plus.

les-mangues-resteront-vertes.jpg

Mon avis. Un court récit, soutenu par Amnesty International, qui met le doigt là où cela fait mal...

Ce livre relate un épisode de l'Histoire française dont je n'ai jamais attendu parler : l'envoi massif en métropole d'enfants réunionnais littéralement arrachés à leur famille sous le prétexte fallacieux de leur procurer une "meilleure existence". En vertu de... de quoi ?

Le lecteur découvre Odélise, dix ans, qui voit débarquer trois personnes à Grand Bassin, deux hommes et une femme. Ceux-ci s'invitent dans quelques maisons et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, repartent avec un enfant à la main. Ils ont réussi, en quelques minutes, à convaincre les parents qu'ils disposent d'une chance unique d'envoyer "l'enfant élu" en France, lui procurant par là même l'opportunité de "poursuivre des études au-delà de leurs espérances. L’État prend tout à sa charge [...]." [p. 15]

La déportation d'Odélise, tout comme celle de nombreux enfants, a ainsi été scellée en un tournemain, ou plus exactement par l'empreinte digitale de son papa apposée au bas d'un bout de papier. Direction Saint-Denis de la Réunion, avant le déracinement total : l'envol vers Paris.

Odélise débarque dans la Creuse, chez les Tarteix, un couple d'éleveurs de vaches laitières qui a deux enfants de 14 et 12 ans, Nathalie et Julien.

   "Le froid m'a rongée comme une plaie qui ne guérit pas. Il a foré dans ma chair et dans mes os. Pas un jour sans grelotter. Les huit années que j'allais passer à Saint-Valentin-la-Chavane seraient placées sous le signe du froid." [p. 61]

Le récit relate l'hébétude de la petite fille et la souffrance qui devient la sienne lorsqu'elle réalise ce qu'il lui est arrivé, sachant dès lors que "les mangues resteront vertes" ; il relate la douleur, tant physique que psychologique du manque ; il relate la difficulté de se raccrocher à qui/quoi que ce soit...

Ce livre conviendra aux élèves de fin de primaire et premier degré du secondaire.

Merci aux éditions Talents Hauts pour ce partenariat.

 

Ce titre entre dans les challenges "Jeunesse/Young Adult" (36) et "Objectif du mois" (livre sorti cette année pour septembre).

jeunesse-young adult5.jpg

objectifdumois.png

 

21:57 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) |

Commentaires

Moi aussi, j'ignorais cet épisode "peu glorieux" ...

Écrit par : Jacqueline | 23/09/2016

Répondre à ce commentaire

Un récit qui me parle.
Je le note pour mes élèves.

Écrit par : argali | 24/09/2016

Répondre à ce commentaire

J'allais émettre une réserve en ce qui concerne le primaire, avant de me rendre compte que le site étant hébergé en Belgique, tu l'étais certainement aussi, et votre primaire ne correspond pas à la notre :D

Écrit par : fanny | 24/09/2016

Répondre à ce commentaire

Je n'avais jamais entendu parler de cette "exode" non plus! Bon après comme je suis Belge j'ai une excuse non? :D

Écrit par : Xiouxiou | 27/09/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire