24/07/2016

Meurtres à Pékin, Peter May

Présentation. Pékin, ville baignée de tradition mais avide de modernité, une société qui se rue dans le capitalisme moderne mais profondément marquée par le système communiste.

Le cadavre carbonisé d'un homme est découvert un matin dans le parc. Le même jour, deux autres corps sans vie sont trouvés à deux endroits différents de la ville. Pour seul indice, un mégot de cigarette à côté de chacun des trois corps, comme une signature.

Margaret Campbell, médecin légiste aux États-Unis, spécialisée dans les brûlés, qui se trouve à Pékin pour une série de conférences, va se voir embarquée malgré elle dans l'enquête de Li Yan, fraîchement promu commissaire. L'Américaine rigoureuse et le policier chinois, ironique et énigmatique, choisissent deux approches totalement différentes d'un même objectif. Deux mondes s'affrontent, mais devant la complexité d'une affaire qui cache un secret monstrueux, les deux investigateurs vont devoir taire leurs oppositions et unir leurs talents pour découvrir la vérité, fût-ce au péril de leur vie. Car si les lieux sont exotiques et chargés de traditions, les dangers, eux, sont bien du XXIe siècle : menace des OGM et remous dans les milieux politiques.

meurtres-pekin.jpg

Mon avis. Découverte de l'auteur : je ne devrais pas en rester là.

Le lecteur se retrouve d'emblée plongé dans la touffeur de Pékin où un homme a été retrouvé carbonisé. L'enquête commence au moment où Li Yan vient d'être promu commissaire. Il sait qu'il a intérêt à "assurer". 

Alors qu'il se rend dans son nouveau bureau, il fait la "rencontre percutante" du Docteur Margaret Campbell, médecin légiste spécialiste des brûlés, "fraîchement" débarquée des États-Unis pour assurer quelques semaines de cours universitaires. Elle est épuisée et (donc) de méchante humeur, et n'a pas daigné parcourir la documentation relative au pays qui lui avait été remise au préalable, si bien qu'elle a déjà subi à plusieurs reprises les remontrances implicites de l'agent de police Li Li Peng qui lui a été dévolue. Autant dire que "Docta Maggot Cambo" apprécie peu la collision au cours de laquelle "Lily" se fait copieusement insulter par le Chef Li, premier inspecteur de la Section n° 1 de la police municipale de Pékin. Elle se permet d'intervenir. Elle n'aurait pas dû : ce faisant, elle lui a "fait perdre mianzi" : la face. Sacrilège. C'était la leçon n° 1. Les autres suivront.

Indépendamment des investigations au cours desquelles le Chef Li et le Docteur Campbell seront amenés à collaborer après s'être affrontés, j'ai apprécié le choc des cultures chinoise et américaine : les deux protagonistes vont devoir essayer, tant que faire se peut, de dialoguer, voire - on peut rêver - de s'apprivoiser. Ce qui implique d'ôter leurs œillères et d'évacuer les clichés. De part et d'autre.

"Les parfums, les couleurs [, les odeurs] et les sons se répondent" au cœur de la cité pékinoise, pendant que l'enquête semble s'enliser et que les barrières tombent. Mais les yeux sont partout...

Traduction : Ariane Bataille.

Titre VO : The Firemaker (1999).

 

Ce titre entre dans le challenge de la Licorne 2 (thriller - policier pour cette session 5).

ChallengeLicorne2.png

 

20:02 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

Un auteur que j'apprécie .....lu dans son "registre écossais" ..... A découvrir donc sur un autre continent ...... Je note ! :D

Écrit par : Jacqueline | 24/07/2016

Répondre à ce commentaire

Je connais vaguement l'auteur. Je pense que j'ai dû lire un livre de lui???

Écrit par : Philippe D | 26/07/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire