23/07/2016

Les Épées de glace, tome 1 : Le Sang sur la lame/Le Boucher, Olivier Gay

Présentation.

-  Je ne suis pas sûr qu’un homme seul fasse la différence.

-  On m’a déjà donné de nombreux noms. Le Faiseur de veuves. L’Épée de glace. Le Danseur Rouge. Je suis Rekk. Le Boucher. Je fais toujours la différence.

epeesglace1.jpg

Mon avis. Après la série jeunesse Le noir est ma couleur (1, 2, 3, 4, 5), après les enquêtes de Fitz (1, 2), voici que je découvre une autre palette de l'auteur avec la Fantasy. Verdict ? Hé bien, je lirai volontiers la suite car j'ai beaucoup aimé les aventures du Boucher, de Mahlin et Shani...

Focus sur Deria, la fille d'un "baron du Nord" qui arrive à Musheim et fait son entrée, de manière pour le moins insolite, au palais impérial. Elle y rencontre Mahlin, un jeune garde, ainsi que Shani qui deviendra bientôt sa servante attitrée.

Malgré sa noble ascendance, Deria ne se conduit nullement comme il sied à une jeune femme : son caractère affirmé n'a d'égal que son expertise dans le maniement de l'épée. Ce que Deria veut, Dieu le veut, ce qui lui attire inévitablement des inimitiés. Elle n'en a cure et profite de son séjour à la cour pour aider Mahlin - après qu'il a "accepté" l'idée qu'il ne pouvait avoir, face à elle, que le titre d'élève -, avec qui elle a noué une amitié, à se perfectionner en escrime. Shani devient elle aussi son amie : Deria s'intéresse à la valeur des individus et n'a que faire des classes sociales.

Un jour, Deria disparaît et est bientôt retrouvée morte dans la Basse-Ville : elle a été violée et assassinée. Ses deux amis découvrent, ahuris, qu'ils étaient bien loin de connaître la jeune femme. Parallèlement, les "autorités" décident qu'il est hors de question que le baron Froideval apprenne le sort subi par sa fille : nul doute qu'il reviendrait à Musheim, désireux de la venger. Nul doute qu'il réussirait. Car celui-ci n'est autre que l'ancien bras armé de l'empire, maintenant exilé dans les contrées glaciales du nord, celui que la légende a surnommé le Boucher. Rekk le Boucher. Rekk le Tueur. Rekk le Sans-Pitié. Celui que les parents évoquent lorsqu'ils veulent faire obéir leurs enfants récalcitrants.

Mahlin décide d'aller porter au baron une lettre inachevée de Deria et Shani l'accompagne. Quels qu'en soient les risques. Bel et bien présents.

"L'un deux paraissait particulièrement dangereux. Son visage arborait de multiples cicatrices ; ses yeux étaient froids dans la lumière des torches, le pli cruel de ses lèvres. Shani réalisa avec une certitude épouvantable qu'elle venait de rencontrer le baron Froideval. [...]

   Il avait des yeux terrifiants, des yeux de meurtrier, des yeux de tueur. Deux épingles de nuit qui restaient fixées sur eux, leur ôtant toute énergie et tout espoir. Deux puits sombres, deux torrents d'obscurité prêts à les engloutir, qui les jaugeaient, les jugeaient, les pesaient, les appréciaient, les mettaient à nu, comme pour déceler s'ils représentaient un danger ou non, s'il convenait de les tuer ou non." [ch. 4]

 

Aucun temps mort - mais bon nombre de trucidés - dans ce récit, non dénué d'humour, qui relate le dangereux périple entrepris par les deux amis ainsi que la rencontre non moins dangereuse avec le Boucher, dont la réputation n'est pas usurpée...

Cet improbable trio est très attachant : Mahlin, jeune homme chevaleresque, sans reproche mais pas vraiment sans peur ; Shani, (presque) inodore, (presque) incolore, (presque) insipide, qui prend de la bouteille et s'affirme au fil des pages ; et le Boucher, personnage haut en couleur (rouge sang), qui jamais ne tente d'atténuer les atrocités commises : à cet égard, les piqûres de rappel émaillent le texte (au cas où le lecteur serait tenté de les occulter ? parce que quand même..., malgré tout...).

  "Les événements de ces derniers mois avaient bouleversé le monde rassurant dans lequel vivait la jeune fille. Plusieurs semaines passées à côtoyer Mahlin et sa belle assurance lui avaient prouvé que l'on pouvait faire ce que l'on voulait dans la vie - si l'on était prêt à en payer le prix."  [ch. 17]

Je lirai la suite avec grand plaisir.

Couverture : Magali Villeneuve.

 

Ce titre entre dans les challenges "Littérature de l'imaginaire" (21/24) et "Comme à l'école" (personnage féminin).

challenge-imaginaire.jpg

challenge-co-ecole.gif

 

 

 

21:56 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire