08/07/2016

Ma mère, le crabe et moi, Anne Percin

Présentation. J’aurais préféré que ma mère me dise : "Tu sais, je crève de trouille et je ne peux rien te promettre." Ou bien qu’elle pleure franchement, à gros bouillons. Oui, qu’elle pleure ! Au lieu d’afficher ce sourire de façade. Le sourire "tout-va-bien-je-gère".

J'aurais voulu qu’elle crie, qu’elle hurle, qu’elle se roule par terre en tapant des pieds, qu’elle fasse un truc pas calculé du tout, un truc qu’on ne voit pas dans les séries françaises à la télé, un truc pas bien élevé, pas conseillé par le guide J’élève mon ado toute seule, au chapitre "Comment lui annoncer votre cancer ?"

Entre rires et larmes, Tania nous raconte six mois de complicité avec sa mère malade, mais aussi les nouveaux défis qu’elle s’est lancés : devenir championne de cross… et tomber amoureuse.

Ma_mere_le_crabe_et_moi.jpg

Mon avis. S'il n'est pas rare que j'apprécie les romans que je choisis de lire, il est en revanche moins courant que je parle de coup de cœur : celui-ci en a été un.

Le sujet est pourtant difficile puisqu'il y est question du crabe, cette saloperie à laquelle seront confrontées Tania et sa maman : après une série d'examens, cette dernière apprend qu'elle souffre d'un cancer du sein.

Comment (tenter de) faire face quand la maladie s'incruste dans l'existence et que l'ombre de la Grande Faucheuse plane sur le quotidien qui ne l'est plus ?

Même si Tania demeure une ado, avec des préoccupations liées à son âge, ses repères s'estompent, lentement mais sûrement ; malgré la souffrance de l'épreuve traversée, sa relation avec sa maman va se renforcer et s'engagera sur des sentiers jusque-là inexplorés.

J'ai beaucoup (sou)ri lors de cette lecture : les réflexions de Tania sont hilarantes et certaines situations sont franchement cocasses. Je pense particulièrement à celle de la piscine où les larmes sont venues se mêler au rire : non pas que j'aie pleuré de rire, mais j'ai pleuré en riant...

  "Ma mère tient un blog.

  Ça s'appelle "Lecture & Confitures". Tout un programme.

  Son billet du jour, je vous le fais partager, il vaut le détour :

   "Aujourd'hui, premier jour d'octobre (Trop fort ! ma mère sait lire un calendrier), bientôt nous entrerons dans la saison sombre, autrefois appelée Samain par les Celtes. (Mais où va-t-elle chercher tout ça ?) Regardez comme la nature est belle ! (Ici, incrustation d'un lecteur de musique pour diffuser une chanson de Jean Ferrat.) J'ai décidé de préparer du chutney de figues avec des pommes et des noix ramassées dans notre belle forêt (ici, photo d'un pot de confiture sur fond de feuilles mortes), qui se pare en ce moment de rouge, d'orange et de vert (super, ma mère n'est pas daltonienne). Admirez ses reflets mordorés ! (Au secours.) J'ai préparé des scones pour le goûter des loulous. [...]

   Nous, ceux qu'elle appelle ses loulous.

  Autrement dit, les créatures imaginaires que ma mère a inventées pour peupler son désert affectif." [p. 7 - 8]

  

  "Les copines qui me précédaient ont franchi la grille du collège. J'entendais derrière moi la conversation entre Zlatan ["le balourd des Balkans, alias le Yéti slovaque, alias la Patate qui venait du froid" - p. 36 -] et Brain ["Brian surnommé "Brain", le cerveau, parce qu'il est persuadé que le sien est particulièrement performant, tandis que nous, on doute même qu'il en ait un" - p. 36 -], qui tournait toujours autour de la course à pied. C'est monomaniaque, les mecs.

   Comme j'étais seule, je pouvais reprendre le cours de mes pensées. Je me suis dit qu'avec un peu de chance ce serait le droit. Comme ça ma mère pourrait tirer à l'arc...

   Comment ça, quel rapport ? Vous n'avez jamais entendu parler des Amazones ?" [p. 39 - 40]

 

Un récit que je vous recommande, dans lequel l'optimisme - jamais béat - est de mise ; il peut être proposé aux élèves à partir du deuxième degré.

Une partie des droits d'auteur sera reversée en soutien à l'association Le Cancer du Sein, Parlons-en !

 

Ce titre entre dans les challenges "Jeunesse/Young Adult" (30), "Comme à l'école" (personnage féminin) et "Un genre par mois" (joker).

jeunesse-young adult5.jpg

challenge-co-ecole.gif

 genremois3.jpg

19:50 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

Le sujet ne m'attire pas trop, mais si le livre prêt à (sou)rire, pourquoi pas?
Bon weekend à toi.

Écrit par : Philippe D | 09/07/2016

Répondre à ce commentaire

Le sujet me fait "peur" car trop proche de mon vécu ....mais ton avis et les petits extraits me donnent envie ......

Écrit par : Jacqueline | 09/07/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.