02/07/2016

Les Fils de George, Manu Causse

Présentation. Mardochée a quinze ans et appartient, depuis sa naissance, à la communauté du livre de George, une secte dirigée par le pasteur Wiggins. Au lycée, il fait la connaissance de Léo qui se prend d’amitié pour cet étrange garçon hors du temps. La mort de son coreligionnaire Chrysostome, entame la foi de Mardochée.

fils-george.jpg

Mon avis. Une couverture inquiétante pour un récit que l'on lit en retenant son souffle...

Mardochée fait partie de la Congrégation régie par le pasteur Wiggins : les Fils de George. Ce "gourou" mène ses fidèles à la baguette, au propre comme au figuré puisque pénitences et privations sont légion dans cette mystérieuse communauté qui vit recluse sur elle-même, frayant le moins possible avec le commun des mortels, les Restants.

L'adolescent a bientôt seize ans, l'âge où il se dépouillera de son statut d'Enfant pour embrasser celui de Converti. Et même s'il se répète inlassablement les mêmes formules étudiées depuis sa plus tendre enfance, quelques doutes s'immiscent en lui, d'autant que Léo, un élève de sa classe, semble lui manifester un intérêt sincère, lui proposant même de participer au repas de fin d'année. Mardochée a beau tenter de se convaincre que Léo incarne le Mal, il se pose des questions...

  "Léo est mince et grand, avec des cheveux longs, un regard clair et un air sérieux même quand il rit. Plusieurs fois, il nous a adressé la parole, à Chrysostome et à moi, comme s'il s'intéressait vraiment à nous. Je devrais en conclure qu'il est un agent de David [= le prophète du Mal] mais je ne peux m'empêcher de lui trouver un air sympathique." [p. 13]

 

Le roman alterne les chapitres relatifs à Mardochée et ceux qui se focalisent sur Léo, désireux de découvrir celui qui se cache sous ce Fils de George, "l'extraterrestre du lycée - le seul depuis que Chrysostome ne vient plus en cours - qui s'exprime bizarrement".

  "Les trois petits en descendent. Ils vont au collège à côté du lycée. Je les vois le soir, quand ils attendent la voiture-arlequin devant la grille. Avant, Mardochée et Chrysostome Georgeson les encadraient. Maintenant, Mardochée est tout seul, Chrysostome ne vient plus depuis le mois dernier. C'est affreux à dire, mais je me sens presque soulagé. Je l'ai toujours trouvé plutôt flippant : à le voir comme ça tout maigre, la peau toujours pâle, les yeux brillants, on se demandait s'il n'était pas malade. Contagieux, peut-être. Et quand il partait dans ses délires..." [p. 20]

  "- Écoute, Léo, c'est très gentil de ta part de t'assurer que je vais bien, mais je ne peux en aucun cas accepter que tu m'achètes à manger. Je suis désolé si j'ai eu des moments d'absence, mais cela n'est pas de ta responsabilité et je vais retourner auprès des miens, maintenant." [p. 52 - 53]

 

La réflexion suscitée auprès de Mardochée par Léo - et inversement - est réellement intéressante ; Léo dessillera (in)sensiblement les yeux de Mardochée sur le monde qui l'entoure - certaines scènes sont touchantes, comme celle de la dégustation des paninis banane-Nutella - et parallèlement, sur l’Église Congrégationniste du Livre de George, tandis que lui-même s'interrogera sur l'idée de/d'un Dieu.

Un texte de la collection EGO, "des romans courts et choc pour les ados qui disent je", à faire découvrir aux élèves, à partir du deuxième degré.

Merci aux éditions Talents Hauts pour ce partenariat.

 

Ce titre entre dans le challenge Jeunesse/Young Adult  (28).

jeunesse-young adult5.jpg

14:31 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire