03/06/2016

Les mannequins ne sont pas des filles modèles, Olivier Gay

Présentation. Fitz, Deborah et Moussah forment un inséparable trio de noctambules parisiens. Et voilà Moussah en couple et amoureux. D'un mannequin, pour couronner le tout. Mais la superbe Cerise disparaît du jour au lendemain, à l'aube d'un concours qui aurait pu changer sa vie. A-t-elle décidé de tout plaquer sur un coup de tête ?

À la demande de Moussah, Fitz enfile le manteau d'enquêteur qui lui va si bien. Bien sûr, les autres participantes ont tout intérêt à éliminer Cerise, grande favorite de la compétition. Mais est-il possible que ces créatures de rêve se transforment en criminelles pour parvenir à leurs fins ? Fitz a pourtant toujours eu un faible pour les filles modèles...

fitz2.jpg

Mon avis. Un p'tit coup d'mou ? Envie de passer un agréable moment  ? J'ai ce qu'il vous faut avec ce deuxième opus - au titre encore une fois à rallonge - des (més)aventures du sieur (John-)Fitz(gerald).

La dédicace de l'auteur himself évoquait un "tome avec le plus de private jokes". Je me demandais donc si j'allais être sur la même longueur d'onde. Hé bien oui. J'ai d'ailleurs, au fil de ma lecture, corné quelques pages afin de retrouver facilement l'une ou l'autre phrase. [Hé oui, il m'arrive de corner les pages de mes livres quand je veux repérer un extrait et que je n'ai pas de crayon sous la main ; de toute façon, je fais ce que je veux avec mes livres, même les prêter, au risque de les récupérer avec des signes évidents de "manipulation"].

J'ai retrouvé avec plaisir le trio de choc apprécié dans Les talons hauts rapprochent les filles du ciel, avec un Fitz en grande (mé)forme, aux prises avec un Moussah tombé dans les filets de la sculpturale Cerise. Le hic, c'est que jeune femme n'a plus donné signe de vie depuis quelques jours et que le géant (au grand cœur ?) est inconsolable. Pire : ce dernier est intimement persuadé qu'il est arrivé quelque chose à sa dulcinée, une des favorites d'un concours de mannequins.

Fitz est donc contraint de conjuguer à nouveau son "boulot de vendeur de soleil" à celui d'enquêteur pas discret du tout. Et quand il plonge dans les coulisses de ce milieu "pailleté", avec l'aide (?) de ses deux acolytes, il prend conscience que pour certaines, la fin semble justifier les moyens...

 

  "Un mètre quatre-vingts, un visage d'ange et des côtes saillantes ? Si elle n'était pas mannequin, elle revenait d'un séjour sportif au Darfour." [p. 29]

  "Elle agita la main en direction de quelqu'un derrière moi et je pivotai, inquiet à l'idée de découvrir un petit ami jaloux, sans doute un mètre quatre-vingt-dix au garrot et adepte de kick-boxing. Mais non, elle saluait simplement un couple dans la cinquantaine à l'argent clinquant qui se dirigeait vers nous. Merde, les parents.

   - Impact prévu dans dix secondes, murmura-t-elle.

   Mannequin ET ironique ? Dieu existait donc. J'avais déjà sorti mon téléphone avec la vitesse de l'habitude.

   - Ça m'en laisse huit pour prendre ton numéro." [p. 48]

  "J'avais entendu quelque part que les talons hauts rapprochaient les filles du ciel mais là, il devait y avoir quinze bons centimètres - je me demandai comment elle ne se tordait pas les chevilles. Ça devait être le genre de secrets qui ne se transmet que de mère en fille, un peu comme les moues boudeuses et l'art de manipuler les mâles en rut." [p. 99]

 

Fitz ou typiquement le genre de "héros" que je déteste adorer ; je lirai volontiers la suite...

 

Ce roman entre dans les challenges "de la Licorne 2" (thriller - policier pour cette session) et "Comme à l'école" (thème : personnage féminin pour le mode 2).

ChallengeLicorne2.png

challenge-co-ecole.gif

20:17 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Aaaaaah! Je pleure et mon arrière-grand-père se retourne dans sa tombe! On-ne-corne-pas-un-livre, nomdidjou!

J'ai beaucoup aimé le premier tome (lu sur tes conseils), et j'ajouterai celui-ci à la PAL quand l'occasion s'en présentera :)

Écrit par : Marguerite | 03/06/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire