04/05/2016

Konshoku Melancholic, Ringo Yuki

Présentation. Souffrant d'un complexe d'infériorité, Miyashita est un lycéen passionné par la peinture qui passe ses journées isolé dans la salle d’art pour y peindre. Intrigué par ce dernier, Nishimura, un lycéen au caractère enjoué, décide de pénétrer dans son antre pour apprendre à le connaître et l’aider à s’ouvrir au monde, petit à petit.

Konshoku.jpg

Mon avis. Je vais me permettre de le préciser d'emblée : ce manga est pour moi clairement une déception...

Il est classé dans la catégorie "Yaoi", ce qui correspond à des œuvres de fiction centrées sur les relations sentimentales et/ou sexuelles entre personnages de sexe masculin. Autant j'avais apprécié Deadlock, de Saki Aida & Yuh Takashina, lui aussi "Yaoi", autant celui-ci ne m'a pas plu, tant pour le graphisme que pour le propos.

J'ai en effet trouvé le dessin très "uniforme", dans le sens où j'ai eu l'impression qu'un seul visage - au menton exagérément pointu - avait servi de "modèle" pour tous ; en outre, ils m'ont parfois paru mal proportionnés.

Côté histoires - au pluriel car plusieurs sont présentées -, elles ne font qu'esquisser l'une ou l'autre facette des relations homosexuelles en train de se nouer ; en outre, les dialogues et réflexions "off" sont terriblement superficiels...

Celles que j'ai préférées sont Couleur mélancolie et Couleur sentiment, les récits qui ouvrent le recueil ; j'aurais bien davantage apprécié, me semble-t-il, ce manga s'il avait relaté, durant l'ensemble, uniquement les liens qui se tissent entre Miyashita et Nishimura, les héros de Couleur mélancolie et Couleur sentiment.

Autre bémol : une erreur dans le texte de présentation de la couverture ; il y est ainsi question de "Miyashita, un lycée - au lieu d'un lycéen - introverti et timide"...

Traduction : Nicolas Pujol.

 

Merci aux éditions Taifu Comics et à Livraddict pour ce partenariat.

20:05 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire