08/04/2016

Le noir est ma couleur, 5 : Le piège, Olivier Gay

Présentation. Manon et Alexandre ont atteint le repaire des Mages Noirs auprès desquels la jeune fille espère trouver des réponses à son pouvoir. Un pouvoir toujours plus sombre, toujours plus puissant.

De nouveaux alliés pourraient les aider à percer le secret qui pèse sur elle mais personne n’est à l’abri d’une trahison. Le piège ne va-t-il pas se refermer sur eux ?

Résisteront-ils aux forces qui tentent de les séparer ?

Deux destins liés malgré les apparences…

noir-couleur5.jpg

Mon avis. La fin d'une (très) belle aventure...

Ce dernier tome commence exactement là où s'était terminé le précédent : Manon a découvert Alexandre en "bonne compagnie", celle de Lise, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle est en colère. Très en colère. Quant à Alexandre, il ne comprend pas la situation puisque l'illusion créée par Lise était parfaite. Les Mages Noirs vont donc devoir intervenir... mais ce qu'ils mijotent risque de n'être pas du goût des deux adolescents.

Beaucoup d'action dans ce roman ; dans un premier temps, il s'agit que Manon et Alexandre rétablissent une "certaine forme de dialogue", ce qui n'est pas gagné. Contraints ensuite de fuir à nouveau, avec aux trousses Mages Noirs, Mages Blancs, Police..., ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes.

En outre, ils ont été forcés d'emmener trois Mages Noirs, et pas des moindres : (LA !) Lise, qui maîtrise de manière exceptionnelle (!) le Violet ; Théo, champion de l'Orange - et l'Orange, ça chauffe ! -, avec "une lueur de folie qui couve dans son œil, de violence primale, de haine pour l'humanité entière y compris lui-même" [p. 33] ; Arthur, comme un poisson dans l'eau (!) avec l'Indigo. Au milieu du jeu de quilles couleurs, Alexandre, fidèle à lui-même - et à Manon -: touchant et plein d'humour, parfois caustique.

  "- Je me lance à leur poursuite, moi aussi. Je n'ai pas l'aide du Rouge mais je suis Alexandre, le grand, le beau, le fort - le rapide.

   Mon souffle s'emballe, et je continue à accélérer. Aller jusqu'à mes limites. Plus loin que mes limites ! D'après Jordan, Manon m'a transmis un peu de Rouge par capilli... capilla... par transfert. Autant que ça soit utile." [p. 54]

 

J'ai pris grand plaisir à retrouver Manon et Alexandre - surtout Alexandre ! -, même si  j'étais en même temps désolée de me dire que c'était la dernière fois. Les personnages qui gravitent autour du couple sont eux aussi intéressants ; Olivier Gay dit d'ailleurs qu'il ne compte pas abandonner ainsi Lise et Théo. Personnellement, je referais bien (hé, oui) un bout de chemin aussi avec Fabrice.

Que dire de la/les fin(s) ? Le "pré-épilogue" m'a paru un tantinet "facile" ; l'épilogue est assez expéditif, mais l'auteur s'en explique dans la postface - dont les dernières lignes sont magiques (!) - ; l'épilogue d'Alexandre et l'épilogue de Manon sont savoureux.

Cette série est de celles qui (ré)concilieront les jeunes et la lecture, si besoin en est.

 

Ce titre entre dans les challenges "Jeunesse/Young Adult" (17) ; "Un genre par mois" (Fantasy ou Aventure) et "Littérature de l'imaginaire" (13).

jeunesse-young adult5.jpg

genremois3.jpg

challenge-imaginaire.jpg

 

12:07 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire