26/03/2016

S.A.S.H.A., Martin Michaud

Présentation. Elias et le petit Sasha errent dans l’aéroport Trudeau. Ils vont y accueillir Luana, la maman du garçon, qui revient d’un long ­séjour à l’étranger. Mais est-ce bien là toute l’histoire ? Trois jours plus tôt, un incendie a ravagé la cabane où ils habitaient, au fond des bois. Est-ce pour cette raison qu’Elias se tient sans cesse sur ses gardes ? Ou cela a-t-il plutôt à voir avec l’aura de mystère qui entoure l’enfant ?

SASHA.jpg

Mon avis. Je viens enfin de découvrir Martin Michaud, "le maître québécois du thriller" : Argali en dit tant de bien - si vous cherchez un avis éclairé sur la littérature québécoise, allez faire un tour sur son blog - que j'ai profité de la Foire du Livre de Bruxelles pour aller saluer ce grand monsieur, au demeurant bien sympathique.

Ce court roman est avant tout le récit d'une atmosphère : Elias et Sasha, un petit garçon de sept ans, sont présents dans l'aéroport Trudeau, à Montréal. Ils sont venus y attendre Luana, la maman de Sasha.

Ils sont cependant des "badauds" tout à fait particuliers : Elias demeure en permanence sur le qui-vive, attentif à tout un chacun dont il croise ne serait-ce que le regard ; Elias veille sur Sasha, grâce à/malgré les voix qui bataillent dans sa tête ; Elias doit trouver le moyen de rester en vie et de protéger l'enfant, lui procurer aussi de quoi les nourrir. Si possible.

  "Tant qu'ils s'étaient terrés dans cette vallée au fond des bois de la Missisquoi, il avait cru qu'il serait possible de disparaître et d'échapper à ceux qui les poursuivaient ; que Luana, la mère du garçon, pourrait les y rejoindre et vivre tranquille avec eux." [p. 21]

  "Elias voulait éviter qu'on les repère, mais ils ne pouvaient faire autrement que de se présenter au point de chute s'ils voulaient reprendre contact avec Luana. Ils devaient donc procéder avec prudence et se tenir le plus loin possible du champ des caméras de surveillance." [p. 43]

 

J'ai apprécié ce texte aux personnages particulièrement attachants, qu'il s'agisse de l'enfant ou de l'adulte. Leur relation est touchante et l'appréhension va crescendo... jusqu'à la fin. Une remarque : je ne sais (toujours) pas si j'aurais préféré - ou pas - que le récit s'arrête avant la dernière phrase...

 

Ce titre entre dans le challenge de la Licorne (lecture supplémentaire pour février - mars).

ChallengeLicorne2.png

 

 

 

15:19 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) |

Commentaires

J'ai beaucoup aimé ce court roman .... Je partage ton avis sur les personnages....
Je viens d'aller relire la fin ...... Moi, je trouve la dernière phrase particulièrement émouvante ....:)

Écrit par : Jacqueline | 26/03/2016

Répondre à ce commentaire

Merci pour le clin d'œil.
J'ai trouvé cette histoire très concise et très rythmée. Le suspens est vraiment maîtrisé.

Écrit par : argali | 26/03/2016

Répondre à ce commentaire

Je l'ai gagné sur le blog d'Argali. Je ne connaissais pas du tout l'histoire. Pour moi, ce n'est pas un thriller, mais j'ai bien aimé.
Bonnes vacances.

Écrit par : Philippe D | 27/03/2016

Répondre à ce commentaire

Un auteur que je voulais justement découvrir, merci pour cette piqûre de rappel !

Écrit par : Nahe | 04/04/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire