18/03/2016

Deadlock, Saki Aida & Yuh Takashina

Présentation. Yûto, un ancien agent de la brigade des stups (BS), affirme ne pas avoir tué son collègue et avoir été emprisonné à tort.

Pour être libéré, il devra identifier un terroriste qui opère depuis la prison. [...]

deadlock.jpg

Mon avis. Je lirai la suite. Absolument.

Je ne suis pas une spécialiste des mangas ; j'ai donc dû effectuer une recherche afin de savoir à quoi correspond la dénomination "Yaoi" relative à Deadlock : il s'agit d'œuvres de fiction centrées sur les relations sentimentales et/ou sexuelles entre personnages de sexe masculin.

Le cadre est ici une prison, celle de Schelger dans laquelle a été envoyé Yûto, ancien policier des stups accusé du meurtre de son coéquipier. Il a toujours clamé son innocence. En vain. Il en a pris pour quinze ans. Le FBI lui a alors proposé, en échange d'une réduction de peine, de démasquer un terroriste dans l'enfer de Schelger. Difficile de refuser...

Le dessin est sublime et, ce qui ne gâche rien, les personnages principaux sont (très) agréables à regarder : Yûto, le brun, et Dick, le blond, son compagnon de cellule qui, visiblement, a de l'ascendant sur les autres détenus, y compris les "durs à cuire".

Yûto se doit de trouver l'identité du fameux terroriste, tout en essayant de préserver sa vie et son "intégrité" -  chacun risquant de devenir très vite la "femme" d'un autre - d'autant que les clans font la loi au sein de ce lieu clos, sous l’œil bien/malveillant des gardiens.

Ce premier opus pose le cadre de l'histoire et met l'accent sur les liens qui se tissent (in)sensiblement entre les détenus en général, Yûto et Dick en particulier...

Le seul bémol, ce sont les mini-résumés mis "artificiellement" dans la bouche de Yûto.

Traduction : Nesrine Mezouane.

Merci à Livraddict pour ce partenariat.

21:58 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire