23/12/2015

Le soleil des Scorta, Laurent Gaudé

Présentation. La lignée des Scorta est née d'un viol et du péché. Maudite et méprisée, cette famille est guettée par la folie et la pauvreté. À Montepuccio, dans le sud de l'Italie, seul l'éclat de l'argent peut éclipser l'indignité d'une telle naissance. C'est en accédant à l'aisance matérielle que les Scorta pensent éloigner d'eux l'opprobre. Mais si le jugement des hommes finit par ne plus les atteindre, le destin, lui, peut les rattraper. Le temps, cette course interminable du soleil brûlant les terres de Montepuccio, balayera ces existences de labeur et de folie.

À l'histoire de cette famille hors du commun se mêle la confession de sa doyenne, Carmela, qui résonne comme un testament spirituel à destination de la descendance. Pour que ne s'éteigne jamais la fierté, cette force des Scorta.

scorta.jpg

Mon avis. "Tout petit doucement", je poursuis ma découverte de Laurent Gaudé : après Cris, Eldorado, voici que s'en viennent les Scorta, à la fois écrasés et ressourcés par la chaleur du soleil montepuccien...

Le récit débute lors de l'arrivée de Luciano Mascalzone à Montepuccio. Cérémonie d'ouverture de ce roman âpre, qui donne le ton à l'ensemble : après quinze ans de prison, Mascalzone revient dans son village, animé du seul désir d'enfin étreindre celle qui a occupé ses pensées durant toutes ses années de claustration.

"C'est ainsi que naîtra la famille des Mascalzone. D'un homme qui s'était trompé. Et d'une femme qui avait consenti à ce mensonge parce que le désir lui faisait claquer les genoux". [p. 27]

De ce "viol" naît Rocco, aussitôt éloigné du village par l'entremise du prêtre qui confie l'enfant à un couple de pêcheurs d'une paroisse voisine : les Scorta. Rocco grandit et devient un brigand qui écume la région et y fait régner sa loi.

Il aura trois enfants, Domenico, Giuseppe et Carmela : c'est l'histoire de cette lignée - à laquelle s'est adjoint le fidèle Raffaele - indéfectiblement liée à cette terre écrasée de soleil, qui nous est contée dans ce roman, dont le fil conducteur est entrecoupé par des passages en italiques, ceux où Carmela relate au prêtre don Salvatore les pages de leur vie, avant que sa mémoire ne lui fasse complètement défaut. À charge pour lui de la dévoiler, le moment venu, à Anna, la petite-fille de Carmela.

Un très beau texte, récompensé en 2004 par le prix Goncourt.

 

  "Le malheur allait fissurer les vies pleines de ces hommes et femmes, mais pour l'heure, personne n'y pensait. Antonio Manuzio se resservait un verre de grappa. Ils étaient tout à leur bonheur sous le regard généreux de Raffaele, que le spectacle de ses frères dégustant les poissons qu'il avait lui-même grillés faisait pleurer de joie.

   À la fin du repas, ils avaient le ventre plein, les doigts sales, les chemises tachées et le front en sueur mais ils étaient béats. C'est à regret qu'ils quittèrent le trabucco pour retrouver leur vie.

   Longtemps, l'odeur chaude et puissante du laurier grillé resta, pour eux, l'odeur du bonheur." [p. 131]

 

Ce livre entre dans les challenges "Phileas Fogg" (auteur français) et "LDPA 15" :

Lisalor avait sélectionné pour moi Le soleil des Scorta [merci Isabelle de me l'avoir offert], Les anonymes, de R. J. Ellory et Le poids des secrets, de Aki Shimazaki ; j'ai sélectionné pour elle Le chardon et le tartan/Outlander, tome 8, de Diana Gabaldon, Le Puits des mémoires, tome 2, de Gabriël Katz et L'avocat, le nain et la princesse masquée, de Paul Colize. C'est ce dernier qu'elle lira.

LDPA.pngchallengefogg.png

10:46 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) |

Commentaires

Un roman que je dois découvrir : il attend dans ma pal..... Lecture prévue début 2016 ...:)

Écrit par : Jacqueline | 23/12/2015

Répondre à ce commentaire

J'avais bien aimé, mais je n'en garde pas non plus un souvenir impérissable. Il fait partie de mes lectures sympas :)

Écrit par : Nelcie | 23/12/2015

Répondre à ce commentaire

un très beau texte en effet! Bonnes fêtes de fin d'année!

Écrit par : eimelle | 23/12/2015

Répondre à ce commentaire

Je l'ai lu il y a longtemps. Il ne m'en reste pas grand-chose.
J'ai lu quelques titres de Gaudé. Je le trouve un peu spécial dans ses écrits.
Bon weekend.

Écrit par : Philippe D | 25/12/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire