19/11/2015

Celles de la rivière, Valerie Geary

Présentation. La femme qu’emporte la rivière Crooked flotte entre deux eaux. Sur la rive, deux fillettes qui jouent dans l’après-midi ensoleillé. Elles sont les premières à découvrir le corps et, soudain, leurs jeux cessent. Leur enfance bascule dans la dureté du monde des adultes. La veille, leur père les a laissées seules suffisamment longtemps pour qu’elles puissent le croire coupable de meurtre. Pour ne pas le perdre, comme elles ont perdu leur mère quelques semaines auparavant, elles décident de mentir sur son emploi du temps… et resserrent bien malgré elles les mailles du soupçon autour de lui, le livrant en pâture à une petite ville dont les préjugés et les rancunes lui laissent peu de chances…

celles-riviere.jpg

Mon avis. Cela ne m'arrive pas souvent : ce roman est pour moi un véritable coup de cœur.

Le récit commence avec la découverte, par Sam et Ollie, du corps d'une femme flottant sur la rivière Crooked. Les deux sœurs tentent de la ramener sur la berge mais le cadavre s'éloigne sans qu'elles ne puissent intervenir. C'est alors que la situation semble leur échapper, à l'instar de l'eau qui s'écoule et balaie tout sur son passage...

  "Habituellement, autour de nous, au-dessus de nous, les oiseaux et les feuilles produisaient une joyeuse symphonie de chants et de bruissements, mais pas aujourd'hui. Les oiseaux se cachaient. Les arbres étaient muets. Tout était trop calme, et les ombres étaient froides. Alors, j'ai fait presser le pas à Ollie." [Sam - p. 12 - 13]

 

Le livre alterne les points de vue de Samantha, 16 ans, et celui d'Olivia, 10 ans ; les deux jeunes filles ont perdu tout récemment leur mère et viennent "d'emménager" dans le tipi de leur père, surnommé Ours. Celui-ci vit en symbiose avec la nature, non loin de ses ruches, sur une prairie appartenant à un couple âgé, Zeb et Franny. Ours est censé essayer de trouver un travail "normal" afin de garder ses filles auprès de lui ; dans le cas contraire, celles-ci seront contraintes d'aller vivre avec leurs grands-parents maternels, à Boston, bien loin de ce lieu enchanteur.

Sam adore ce cadre où la nature prend sa pleine mesure et rêve de pouvoir y demeurer avec "sa famille" : Ollie, Ours, Zeb, Franny et les abeilles. Ollie est nettement moins enthousiaste et outre le fait qu'elle n'a plus prononcé un seul mot depuis la mort de leur maman, les mots n'arrivant plus à franchir ses lèvres, elle voit à ses côtés les morts qui n'ont pas encore pris leur envol vers la paix. Elle est ainsi "accompagnée" en permanence de sa maman à laquelle s'adjoint bientôt la "noyée".

"Les abeilles reconnaissent ceux qui les aiment, m'avait-il dit un jour. Elles savent qui respecte leur dur labeur et leur générosité, et qui ne cherche qu'à en tirer profit. Celui qui vient à la ruche avec reconnaissance et humilité ne se fait pas piquer. Il a posé son enfumoir en inox et a soulevé le couvercle. Des abeilles se sont mises à voler doucement autour de sa tête. Certaines s'accrochaient à sa grosse barbe et à ses cheveux cuivrés dont la couleur me faisait toujours penser à une robe de grizzly, mais il n'a pas cherché à les chasser. Il était calme et ses lèvres bougeaient. Nous étions trop loin pour l'entendre, mais je savais qu'il leur demandait comment allait leur reine, comment étaient les fleurs cet été, et si elles auraient la gentillesse de bien vouloir partager leur miel - c'était les questions qu'il posait toujours quand la période de la récolte approchait." [Sam - p. 15]

  "Moi, je vois des choses que personne ne voit.

   Moi, je les vois, ici, mais j'aimerais mieux ne pas les voir. Je voudrais dire qu'ils sont là et je ne peux pas.

   J'essaie, parce que ma sœur veut savoir ce que je sais sur cette veste et sur cet homme qu'on appelle Ours, qui est assis près de moi et qui est notre père. Oui, j'essaie. Mais ma sœur dit que je fais le bébé et elle ne m'écoutera que si je parle avec des mots. Sauf que, mes mots, ils sont partis, et j'ai bien peur qu'ils ne reviennent jamais." [Ollie - p. 24]

 

En raison de son mode de vie atypique et d'indices qui font de lui le coupable idéal, Ours est très vite soupçonné du meurtre de la jeune femme, dont le corps a entretemps été retrouvé. Sam est bien décidée à prouver l'innocence de son père mais elle prend conscience que l'image qu'elle a de lui ne correspond peut-être pas à la (sa) réalité et que le passé, dont elle n'avait jusque-là pas connaissance, risque de peser (très) lourd dans la balance...

Indépendamment de l'enquête à proprement parler, menée par Sam et Ollie, j'ai adoré la manière dont est dépeinte la relation entre les deux sœurs : chacune veille sur l'autre, tâchant de faire face, courageusement, à l'adversité ; j'ai beaucoup aimé aussi le couple Zeb/Franny, "grands-parents gâteau" de substitution, ainsi que (le respect de) la Nature, personnage à part entière qui offre au récit de très belles pages.

Je vous recommande très chaleureusement ce roman d'une grande sensibilité que, pour ma part, je proposerai à mes élèves : même si ce n'est pas un roman jeunesse, il peut effectivement être lu par les adolescents.

Traduction : Maryline Beury.

Un tout grand merci à Babelio pour cette découverte.

 

Ce livre entre dans le challenge "Un mois, une consigne" (auteur jamais lu auparavant pour ce mois de novembre).

1mois-1consigne.jpg

15:28 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (7) |

Commentaires

La lecture de ton billet + le coup de cœur : je ne peux résister ! ..... Commande illico ! :)

Écrit par : Jacqueline | 19/11/2015

Répondre à ce commentaire

J'espère que tu l'apprécieras :-)

Écrit par : paikanne | 19/11/2015

Terriblement tentant... Saint Nic!!

Écrit par : VAn Miegroet | 19/11/2015

Répondre à ce commentaire

Terriblement tentant... Saint Nic!!

Écrit par : VAn Miegroet | 19/11/2015

Répondre à ce commentaire

Un coup de coeur, mais moi, je ne le connais pas du tout.
Bonne nuit.

Écrit par : Philippe D | 24/11/2015

Répondre à ce commentaire

"C'était beau" .... voilà ce que j'ai dit (oui,je me parle parfois à voix haute !) en tournant la dernière page ..... L'écriture, l'histoire, les personnages, la nature ..... Que du plaisir .... ! :)

Écrit par : Jacqueline | 26/11/2015

Répondre à ce commentaire

Quelle rapidité, Jacqueline ! Je suis ravie qu'il t'ait plu :-)

Écrit par : paikanne | 26/11/2015

Écrire un commentaire