19/09/2015

Seul le silence, R. J. Ellory

Présentation. Joseph a douze ans lorsqu'il découvre dans son village de Géorgie le corps d'une fillette assassinée. Une des premières victimes d'une longue série de crimes. [...]

seul-silence.jpg

Mon avis. Préalable : si ce n'est pas déjà fait, ne lisez pas la 4e de couverture qui en dévoile beaucoup trop, d'où ma présentation tronquée.

Voici plus d'un an que ce livre est dans ma PAL : je l'ai acheté lors de la foire du livre de Bruxelles où j'avais pu échanger quelques mots avec l'auteur. Je lui avais alors demandé par lequel parmi ses romans commencer et c'est celui qu'il m'a conseillé.

J'ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture qui dévoile mot/maux/mois après mot/maux/mois les tourments de Joseph, un être marqué par son passé, en l'occurrence les meurtres qui ont secoué sa bourgade natale, Augusta Falls.

Ces horribles homicides de petites filles âgées entre 7 et 12 ans commencent alors que Joseph est lui-même un gamin et se poursuivent de longues années durant. Au début du récit, il vient de perdre son père et évoque d'emblée la Mort qui s'en est venue au bord du chemin qui mène à sa maison.

Le jeune garçon sera irrémédiablement marqué par la Grande Faucheuse, présente comme une espèce de fil rouge (!) tout au long de ce roman à l'atmosphère lourde, poisseuse, telle une chape de plomb qui englue les êtres dans la souffrance et la culpabilité. Car Joseph se sent profondément coupable : alors qu'il a juré, avec quelques camarades, de protéger les petites filles de son patelin, l'horreur a continué à s'abattre sur Augusta Falls et les Anges gardiens n'ont rien pu empêcher. C'est pourquoi, petit à petit, il se persuade que le malheur récurrent qui survient dans son existence n'est autre qu'une punition liée à leur impuissance...

Ellory dépeint admirablement les tréfonds de l'âme humaine à travers le personnage de Joseph : celui-ci analyse minutieusement le comportement de chacun, ressasse les mêmes (sombres) pensées et se remet en question. 

  "J'étais certain que c'était le même homme, certain qu'il était venu de Géorgie et que sa folie avait détruit tout ce que je possédais. Il avait dépouillé mon enfance de son innocence, m'avait montré un monde sombre et dépravé où les cauchemars devenaient réalité, où les enfants étaient enlevés à leur famille, battus et brutalisés, violés et assassinés."

 

Je n'ai pu m'empêcher, au début du livre, de songer à Steinbeck (cité d'ailleurs à plusieurs reprises) entre autres dans À l'est d’Éden, en raison du cadre posé évoquant "l'Amérique profonde".

J'ai soupçonné tour à tour trois suspects : j'étais dans l'erreur. Jusqu'au bout.

Les Anonymes m'attend dans ma PAL : à suivre, donc...

Traduction : Fabrice Pointeau.

 

Cette lecture entre dans le challenge R. J. Ellory.

rj ellory.jpeg

13:20 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (5) |

Commentaires

Un auteur que je dois découvrir ..... "Les Assassins" est dans ma pal ..... mais ton billet me donne envie de commencer par celui-là ....:)

Écrit par : Jacqueline | 19/09/2015

Répondre à ce commentaire

Merci pour cette chronique :) Je suis contente que tu aies aimé ^^

Écrit par : Léa Touch Book | 19/09/2015

Répondre à ce commentaire

Je ne connais pas ce chanteur mais je commence à le voir beaucoup sur les blogs.
Bon weekend ensoleillé !

Écrit par : Philippe D | 25/09/2015

Répondre à ce commentaire

Après deux romans, "Les Assassins" et "Seul le silence", je suis devenue "fan" de cet auteur ..... Une belle découverte en ce début 2016 ...:)

Écrit par : Jacqueline | 05/02/2016

Répondre à ce commentaire

J'ai adoré ce livre...Non seulement c'est un excellent thriller mais aussi un livre psychologique décrivant les méandres du cerveau de certains. Bizzz

Écrit par : Florence Simon | 20/09/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire