22/08/2015

Les impliqués, Zygmunt Miloszewski

Présentation. Un dimanche matin, au milieu d’une session de thérapie collective organisée dans un ancien monastère en plein cœur de Varsovie, Henryk Telak est retrouvé mort, une broche à rôtir plantée dans l’œil.

L’affaire atterrit sur le bureau du procureur Teodore Szacki, las de la bureaucratie inhérente à son poste et de sa vie de famille sans relief. Il rencontre Monika Grzelka, une reporter qui affiche un goût certain pour le flirt, et découvre le pouvoir effrayant de certaines méthodes thérapeutiques non conventionnelles basées sur les mises en scène.

L’un des participants à cette session se serait-il laissé absorber par son rôle au point de tuer Telak ? L’enquête de Szacki fera resurgir un assassinat commis vingt ans plus tôt, avant la chute du communisme, et le mènera à des faits qui, pour sa propre sécurité, auraient mieux fait de rester oubliés.

les-impliques.jpg

Mon avisUne lecture qui m'a plu même si, à mon sens, ce n'est pas tant l'enquête elle-même qui importe mais plutôt la personnalité du procureur Szacki et la manière dont il mène ses investigations...

Un crime horrible a été perpétré dans un ancien monastère de Varsovie, lors d'une thérapie de groupe appelée "Constellation familiale" : Henryk Telak a été retrouvé mort, une broche à rôtir enfoncée dans l’œil.

Le procureur - comme c'est le cas en Pologne - Szacki est chargé de l'enquête, une enquête qui s'avère difficile, puisque les indices éventuels sont très peu nombreux. À de multiples reprises, il se dit qu'il risque bien d'être contraint de classer l'affaire sans suite.

Pourtant, il ne lâche rien, malgré les soucis personnels qui le taraudent : à l'approche de la quarantaine, il "tourne en rond" dans son couple et est tenté par le jeu de la séduction avec une superbe journaliste, visiblement sensible à son "charme".

Inutile dans vous lancer dans ce récit si vous souhaitez de l'action : le rythme est lent et le lecteur découvre, par petites touches, la thérapie (qui existe vraiment) autour de laquelle semblent tourner les circonstances du crime, les "cogitations" du procureur relatives à l'affaire mais aussi à lui-même, englué dans une existence où la routine s'impose de plus en plus, la ville de Varsovie, personnage à part entière du roman et enfin, un groupe occulte extrêmement dangereux, vestige du passé...

Traduction : Kamil Barbarski.

17:04 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

Très bon livre, une ambiance particulière.
Si ça t'intéresse, sur le 2ème tome : http://lalettrie.over-blog.com/2015/06/un-fond-de-verite-zygmunt-miloszewski.html

Écrit par : philippe | 23/08/2015

Répondre à ce commentaire

Merci :-)

Écrit par : paikanne | 23/08/2015

Écrire un commentaire