06/08/2015

La 5e vague, Rick Yancey

Présentation.

1ère VAGUE : Extinction des feux
2e VAGUE : Déferlante
3e VAGUE : Pandémie
4e VAGUE : Silence

À L'AUBE DE LA 5e VAGUE, sur une autoroute désertée, Cassie tente de Leur échapper… Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser Leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés.

Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu’à ce qu’elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son ultime espoir de sauver son petit frère. Du moins si Evan est bien celui qu’il prétend…

Ils connaissent notre manière de penser.

Ils savent comment nous exterminer.

Ils nous ont enlevé toute raison de vivre.

Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir…

5evague.jpg

Mon avis.  Un très bon moment de lecture que cette 5e vague...

C'est suite au conseil d'une de mes collègues que j'ai découvert ce récit dont j'avais déjà beaucoup entendu parler (merci Bénédicte) ; j'ai profité de ce congé pour le lire : je pourrai sans souci le rajouter sur les listes destinées à mes (futurs) élèves dans le cadre du parcours sur la Science-Fiction.

Point de dystopie cette fois, mais un monde "post-apocalyptique" : la quasi-totalité des humains a été exterminée depuis Leur arrivée : celle des extraterrestres. Ceux-ci ont opéré par vagues successives : quatre au moment où commence le roman.

Le livre est divisé en plusieurs parties d'inégale longueur, chacune centrée sur un des personnages majeurs du récit ; chacune apportant un éclairage particulier sur les événements : les pièces du puzzle s'assemblent au fur et à mesure des chapitres.

Focus particulier sur Cassie, Cassie pour Cassiopée, une adolescente qui tâche de survivre (pourquoi ?) dans ce monde dévasté où "la première règle de la dernière guerre est de ne faire confiance à personne". Traduction : tirer sur celui que l'on croise avant que lui n'appuie sur la gâchette. Je n'ai pu m'empêcher, à plusieurs reprises, de songer à La route, de Cormac McCarthy, en raison de la désespérance qui imprègne les pages dans lesquelles s'épanche Cassie. J'ai trouvé cette première partie un peu longue mais à partir du moment où se déroulent certaines rencontres - cette fois, c'est à Vagabonde que j'ai pensé -, le rythme s'accélère et les pages tournent d'elles-mêmes.

Côté intrigue, le lecteur en arrive, lui aussi, à demeurer sur le qui-vive car les apparences sont parfois/souvent trompeuses. Les personnages, quant à eux, suscitent la sympathie... ou l'antipathie, selon le rôle endossé dans l'histoire. Impossible pour moi de rester insensible à Cassie, Evan, Sammy, Ben.

J'ai aussi beaucoup aimé l'humour désespéré dont fait preuve la jeune fille : quand tout semble perdu, ses "feintes à deux balles" persistent...

Je lirai volontiers la suite et découvrirai sans nul doute l'adaptation cinématographique prévue pour février 2016 (avec un Liev Schreiber judicieusement choisi pour incarner le colonel Vosch).

Traduction : Francine Deroyan.

 

Ce roman entre dans les challenges "Jeunesse/Young Adult" (42), "Un mois, une consigne" (couverture jaune pour août : je reconnais que je triche un peu) et "Un genre par mois" (Science-Fiction pour août).

challenge-jeunesse-YA.jpg

1mois-1consigne.jpg

Un genre par mois .jpg

 

12:08 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

J'ai beaucoup aimé ce tome 1 aussi, le contexte est intéressant (même si effectivement ça fait penser à Les âmes vagabondes et La route par moments) et les personnages attachants. Je lirai la suite volontiers et regarderai l'adaptation ciné.

Écrit par : Frankie | 07/08/2015

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas pourquoi mais la science fiction ne m'attire pas ... ou plus. Ça viendra peut-être.
Je rentre de vacances, une semaine pendant laquelle j'ai eu le loisir de finir la trilogie du mal de Chattam. Terrible!
Bonne semaine.

Écrit par : Philippe D | 11/08/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire