01/08/2015

Réparer les vivants, Maylis de Kerangal

Présentation. "Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps."

Réparer les vivants est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le cœur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.

reparer-vivants.jpg

Mon avis.  Ce roman est arrivé dans ma boîte aux lettres sans que je l'aie demandé et comme j'en avais lu beaucoup de bien et qu'il risquait d'être intéressant pour mes (futurs) élèves, je n'ai pas tardé à l'ouvrir.

Premier essai : je lis le "chapitre" 1 et aussitôt, je referme le livre. Ouille...

Deuxième essai : je relis le "chapitre" 1 et poursuis ma découverte. Vaille que vaille car barbée, je l'ai été. Jusqu'au bout. Impossible de me sentir un tant soit peu concernée par ce récit qui ne m'a (presque) jamais émue, en raison de l'écriture à la "précision chirurgicale" (!) qui m'a fait songer, à certains moments, au Nouveau Roman : phrases kilométriques faisant la part (pas) belle aux détails. Pourtant, je me sens concernée par le sujet ; j'ai d'ailleurs fait, voici quelques années déjà, les démarches pour être inscrite comme donneuse.

Pourquoi continuer la lecture, me demanderez-vous ? Tout simplement parce que ce texte est effectivement susceptible d'intéresser les élèves : ce n'est pas parce que j'ai été "larguée" dès les premiers mots (maux), qu'ils le seront aussi... Pour preuve, les multiples billets élogieux aux antipodes du mien.

Bref, un des flops de cette année pour moi...

17:28 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (10) |

Commentaires

Il est dans ma liseuse depuis .... un moment déjà .... sur les conseils de La Fée .... Mais je ne sais quel a priori me fait toujours reporter la lecture .... Et voici que ton billet "flop" me donne envie de l'ouvrir....

Écrit par : Jacqueline | 01/08/2015

Répondre à ce commentaire

On verra si tu es dans les "tops" ou les "flops" ;-)

Écrit par : paikanne | 01/08/2015

Répondre à ce commentaire

J'ai souvent lu que la beauté était dans la distance de la précision chirurgicale justement. Ce n'est pas un flop pour moi mais assurément pas un coup de coeur. Trop de distance pas assez d'émotion je n'ai pas été prise comme je l'aime par une histoire... je comprends ton avis...

Écrit par : Anne-Veronique | 01/08/2015

Répondre à ce commentaire

Pas d'émotion pour moi non plus...

Écrit par : paikanne | 03/08/2015

Oh bah mince alors !!! Je l'ai reçue tout récemment lors d'un swap, et je suis très curieuse de le lire, malgré ton article peu élogieux :)

Écrit par : Nelcie | 01/08/2015

Répondre à ce commentaire

Il y a énormément d'avis élogieux :-)

Écrit par : paikanne | 03/08/2015

Ah, il ne peut pas plaire à tout le monde. Je trouve le thème intéressant, je vais tout de même essayer. A voir :)

Écrit par : LaLibrosphère | 02/08/2015

Répondre à ce commentaire

Je pense que pour ce récit, "ça passe ou ça casse" ;-)

Écrit par : paikanne | 03/08/2015

Coucou! Je viens de terminer le roman de Mailis de Kerangal et il ne m'est pas tombé des mains! Mais j'ai été surprise par l'évolution du ton au fil des pages. D'envolées poétiques pour filtrer le drame, le récit se fait de plus en plus chirurgical (sans jeu de mots). Bien aimé l'intrusion dans la vie des différents acteurs du prélèvement. De la mort encéphalique au chant du chardonneret il n'y a qu'un pas... Oui cette lecture m'a touchée. :)

Écrit par : Anne | 03/08/2015

Répondre à ce commentaire

Les avis divergent vraiment d'un lecteur à l'autre :-)

Écrit par : paikanne | 03/08/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire