22/07/2015

Darkwind, 1. Mécanique infernale, Sharon Cameron

Présentation. Angleterre, 1852. Katharine est envoyée par sa tante et tutrice au manoir de Darkwind où vit son oncle Tulman. Elle doit prouver que celui-ci a perdu la raison et le faire interner pour qu’il cesse de dilapider la fortune familiale. À Darkwind, Katharine rencontre un vieil homme excentrique, mais surtout génial, qui se consacre à l’invention de fascinants automates. À ses côtés travaillent des dizaines de personnes qu'il a arrachées à la misère. Katharine doute : l'héritage familial mérite-t-il qu'on sacrifie son oncle et les familles qu'il protège ? Pour le savoir, elle décide de rester un mois à Darkwind. [...]

darkwind.jpg

Mon avis. Je navigue pour le moment dans les eaux (parfois troubles) de l'Histoire et j'aime décidément beaucoup cela. Cette fois, j'ai plongé dans l'Angleterre du XIXe siècle en compagnie de Katharine, jeune fille de presque dix-huit ans, contrainte de vivre auprès de sa tante Alice, une veuve acariâtre qui ne daigne délier les cordons de sa bourse que pour son fils, "le gros Robert", et en aucun cas pour la nièce détestée qu'elle s'ingénie à brimer le plus possible.

Elle confie à Katharine une mission peu banale : se rendre à Darkwind auprès de l'oncle Tulman afin de trouver des preuves susceptibles de prouver que celui-ci n'a plus toute sa raison, ce qui permettrait ainsi de le faire interner et, par la même occasion, faire main basse sur l'héritage sans devoir attendre la majorité de Robert.

Katharine pense s'acquitter de sa tâche en quelques jours, d'autant qu'elle est très mal accueillie à Darkwind par Madame Jefferies, une cuisinière peu avenante, Lane, espèce de jeune ours mal léché et Davy, un petit garçon mutique ; chacun semble vouloir lui cacher "oncle Tully"... qu'elle finit pourtant par rencontrer : tout un poème...

En deux coups de cuillère à pot, son opinion est faite sur le "vieil original", génial inventeur passionné d'automates, et à peine arrivée dans le manoir laissé quasi à l'abandon, elle décide d'en repartir sur-le-champ.

Elle n'en fera finalement rien et accepte le "marché" de Maître Babcock, l'avocat de l'oncle Tully, lui demandant de différer d'un mois son compte rendu auprès de sa tante : occasion idéale pour Katharine de découvrir le mode de vie de son oncle, génie resté enfant, ainsi que des nombreuses familles sauvées de la misère grâce à lui et dont la survie décente dépend du domaine.

J'ai adoré ce récit que je reprendrai l'an prochain sur les listes proposées à mes élèves. J'en ai apprécié l'écriture souvent parsemée d'humour, les descriptions du cadre pour le moins mystérieux aux apparences fantastiques qui m'a fait songer, par certains côtés, à Rebecca, de Daphne du Maurier, ainsi que l'évolution des personnages et particulièrement Katharine, coincée au début du récit - dans tous les sens du terme -; Lane qui se révèle attachant dès lors qu'il daigne entrer en communication (!) avec autrui - ce n'est pas une mince affaire -; sans oublier oncle Tully, lui dont la vie doit pourtant rester réglée comme du papier à musique, question d'(un semblant d')équilibre.

Je lirai volontiers la suite ; grand merci aux éditions Bayard pour ce partenariat.

Traduction : Vanessa Rubio-Barreau.

 

Ce titre entre dans le challenge "Jeunesse/Young Adult" (41).

challenge-jeunesse-YA.jpg

16:25 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Je ne connais pas du tout mais, d'après ce que tu en dis, ce livre pourrait me plaire.

Écrit par : Philippe D | 28/07/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire