03/06/2015

Les talons hauts rapprochent les filles du ciel, Olivier Gay

Présentation. Un serial killer rôde dans les rues de Paris. Plusieurs filles sont retrouvées assassinées de manière atroce dans leur appartement. Leur seul point commun ? Elles fréquentaient toutes le milieu de la nuit et les clubs à la mode.

John-Fitzgerald, surnommé Fitz par ses amis, est un parasite par excellence. Dragueur paresseux et noctambule, il partage sa vie entre les soirées parisiennes, son amour des jeux en réseau et la vente de coke à la petite semaine. Ce héros improbable va se retrouver au coeur d'une enquête de plus en plus dangereuse, avec l'aide de ses conquêtes d'un soir et de ses amis toxicomanes.

Grande gueule maladroite, incompétent notoire, séducteur au grand coeur, il semble bien mal armé pour affronter les bas-fonds parisiens. Mais tant qu'il y aura de l'alcool, la fête sera plus folle.

fitz1.jpg

Mon avis. Une bonne tranche (!) de (sou)rire malgré le côté sanglant des crimes...

Il était temps que je découvre l'auteur dans cette facette autre que le récit jeunesse (cf. Le noir est ma couleur) : j'ai donc commencé par le premier opus des "enquêtes" de John-Fitzgerald (excusez du peu), alias Fitz.

C'est (presque) par hasard qu'il se retrouve mêlé aux recherches menées par la Police afin de retrouver le serial killer qui mutile de façon particulièrement horrible de jeunes "clubbeuses" parisiennes. Et même si on lui laissait (volontiers) le bénéfice du doute, on est vite forcé de constater qu'il est loin d'être un spécialiste de l'investigation; pourtant, il obtient, aidé par deux amis aussi guindailleurs que lui, des résultats assez probants.

J'ai beaucoup aimé Fitz qui incarne cependant l'image d'un type de personn(ag)e que j'apprécie peu (énooorme litote) : m'est venu d'ailleurs à l'esprit un "auteur" que je ne peux pas voir en peinture photo et qui représente (peut-être à tort ?) pour moi ce monde de la nuit alliant alcool, drogue et fric - la beauté en moins pour l'auteur en question -.

Bref : j'ai juste hésité entre adorer détester ou détester adorer ce beau gosse, doté d'un solide sens de l'humour (grinçant) à la mesure de... ce que vous pouvez imaginer.

  " - Je vais te regretter, Fitz.

            - Je vais me regretter aussi."  

 

Ce titre est la lecture choisie dans le cadre du challenge LDPA 13 : merci Lisalor ! ; il me permet aussi de participer au challenge "Un mois, une consigne"(auteur francophone en juin).

LDPA.png

 1mois-1consigne.jpg

16:49 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (5) |

Commentaires

je ne connais pas encore l'auteur mais ce titre sera sans doute celui qui me fera découvrir sa plume !

Écrit par : stephanie plaisir de lire | 03/06/2015

Répondre à ce commentaire

De belles lectures en perspective :-)

Écrit par : paikanne | 03/06/2015

Hihi ..... quand j'ai lu la référence à "l'auteur que tu ne peux voir ......", j'ai pensé à .... Beigbeder ...... :-)
C'est lui ?

Écrit par : Jacqueline | 03/06/2015

Répondre à ce commentaire

Perspicace, Jacqueline ;-) [C'est Sophie M. qui ne va pas être contente ;-) ]

Écrit par : paikanne | 03/06/2015

Je viens de terminer "Mais je fais quoi de ce corps ?" j'aime toujours autant Fitz. Contente que tu es apprécié ce roman policier.

Écrit par : Laure | 21/07/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire