05/01/2015

Singulier

atelier149.jpg

© Julien Ribot

Tout petit déjà, il s'était senti différent : il ne comprenait pas pourquoi les autres ressentaient toujours ce besoin de vivre en groupe, les uns à côté des autres, les uns contre les autres, les uns sur les autres parfois.

Alors que le commun des mortels semblait se délecter des relations convenues entretenues avec les connaissances d'un jour ou de toujours, les voisins, les collègues, les "amis", il avait cultivé sa solitude en un bien-être presque infini.

D'un côté, lui ; de l'autre, tous.

Hier.

Aujourd'hui.

Demain.

Seul contre l'enfer des autres.

06:45 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (17) |

Commentaires

Difficile cette impression d'être toujours à contre-courant ;)

Écrit par : Stephie | 05/01/2015

Répondre à ce commentaire

Source de souffrance, parfois...

Écrit par : paikanne | 05/01/2015

Il faut être très solide pour vivre totalement sans les autres, pas toujours évident.

Écrit par : Titine | 05/01/2015

Répondre à ce commentaire

Effectivement...

Écrit par : paikanne | 05/01/2015

la force de l'excellence de l'un contre la moyenne du groupe !

Écrit par : monesille | 05/01/2015

Répondre à ce commentaire

Une lutte difficile...

Écrit par : paikanne | 05/01/2015

Ce besoin d'être seul ou en groupe se précise très tôt, selon ce qui nous nourrit et ce qui nous vide. Il y a ceux qui prennent leur vitalité auprès de ceux qu'ils côtoient et d'autres qui la tire du sol. On est une abeille ou une fleur.

Écrit par : Pierre Forest | 05/01/2015

Répondre à ce commentaire

C'est joliment dit : abeille ou fleur...

Écrit par : paikanne | 05/01/2015

pas facile de ramer seul il faut un grand caractère pour résister aux diverses tentations !
Suivre sa pente ...en montant.

Écrit par : Josette | 05/01/2015

Répondre à ce commentaire

Dur, dur...

Écrit par : paikanne | 05/01/2015

un solitaire !!
bonne année !! bisous !!

Écrit par : LADY MARIANNE | 05/01/2015

Répondre à ce commentaire

Belle année à toi aussi :-)

Écrit par : paikanne | 05/01/2015

oui et toujours l'incompréhension des autres quand tu ne suis pas le troupeau, quand tu as envie d'être seul ou de penser autrement... bravo !

Écrit par : Anne-Véronique | 05/01/2015

Répondre à ce commentaire

C'est souvent plus facile de suivre le troupeau...

Écrit par : paikanne | 05/01/2015

J'ai été touchée, émue .... un texte que je trouve d'une infinie tristesse ....

Écrit par : Jacqueline | 05/01/2015

Répondre à ce commentaire

Merci, Jacqueline :-)

Écrit par : paikanne | 05/01/2015

Oui, tiens et pourquoi devrions-nous toujours vivre les uns collés aux autres ? :)

Écrit par : Leiloona | 05/01/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire