30/12/2014

Salmacis, 1 : L'Élue, Emmanuelle de Jesus

Présentation. "J’ai levé les yeux : à trois mètres au-dessus de moi, Andrea me fixait, m’encourageant à le rejoindre. Nos regards se sont noués. Il avait des yeux incroyables, à l’iris violet, frangés de longs cils très noirs, que l’on aurait dits maquillés, une bouche en arc, sensuelle. Il a esquissé un sourire… Ma dernière vision avant de perdre l’équilibre."

Toute sa vie, Faustine Sullivan, seize ans, s’est contentée d’une place à l’ombre de son frère jumeau. Mais c’est à la mort de ses parents, dans un pensionnat perdu dans la montagne, qu’elle trouve l’envie d’exister.

Quelle est cette force irrésistible qui l’attire vers le mystérieux Andrea ? Et comment imaginer qu’en cédant à ses sentiments, Faustine risque de se brûler les ailes ?

salmacis1.jpg

Mon avis. Une fois est peu coutume, si je me suis lancée dans cette lecture, c'est parce qu'une de mes élèves me l'a proposé [en me précisant bien qu'elle est destinée aux adolescent(e)s mais que comme je lis du "jeunesse", cela pourrait peut-être m'intéresser].

Verdict ? Hé bien, ce fut un texte bien agréable à lire, qui doit effectivement plaire aux jeunes.

Le récit met en lumière des jumeaux, Faustine et Sasha, contraints de partir vivre chez leur tante Anna suite au décès de leurs parents, à quelques années d'intervalle. Ils intègrent une école assez huppée dans laquelle ils logent durant la semaine. Lors du premier cours d'escalade au cours duquel Faustine se fait remarquer pour ses qualités sportives, elle croise le regard "de la mort qui tue" d'Andrea.

Vous l'aurez compris, la relation qui se noue entre Faustine et Andrea est essentielle dans le roman et en cela, il est assez conventionnel. Deux originalités cependant : d'une part, les liens très forts existant entre les jumeaux, particulièrement contrariés par la "coturne" de Faustine [je ne connaissais pas ce mot : celle qui partage la chambre de Faustine - l'équivalent d'une kokoteuse dans une école -], une détestable peste friquée qui a mis le grappin sur son frère ; d'autre part, la "personnalité" tout à fait originale d'Andréa qui amène le fantastique dans le récit.

Le seul bémol selon moi : on attend très (trop) longtemps avant d'en savoir plus sur cet étrange jeune homme et par conséquent, on reste sur sa faim en attendant de lire le tome 2.

 

Ce titre entre dans les challenges "A la découverte d'auteurs" (37) et "Jeunesse/Young Adult" (10).

challenge-mira.jpg

challenge-jeunesse-YA.jpg

14:41 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

C'est chouette quand des élèves nous proposent une lecture.
Il y a bien longtemps, un garçon m'a fait découvrir Jules Verne que je ne voulais pas lire.
Très bonne année à toi et à toute ta famille. Que 2015 t'apporte plein de bonnes choses.

Écrit par : Philippe D | 01/01/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire