27/10/2014

Méandres

Une nouvelle participation à l'atelier d'écriture proposé par Leiloona : Une photo quelques mots (139).

atelier139.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Kot

 

Si près, si loin...

Elle marche devant moi et je ne vois qu'elle, mes yeux s'abreuvent de ses courbes parfaites ; son déhanchement à peine perceptible fait naître en moi des délices que je n'ose pas encore me formuler...

Depuis des semaines, elle passe de temps à autre devant la boutique. Oh, je suppose que je ne l'ai pas remarquée la première fois, elle a dû n'être qu'une image fugace bien vite envolée jusqu'à ce qu'un mercredi matin, je la voie nettement se détacher sur le fond de ma routine. Peut-être en raison de sa robe rouge. Éclair flamboyant dans ma grisaille quotidienne au milieu de l'encadrement de la vitrine. Feu rétinien. Arrêt sur image qui s'éternise à tel point que lorsque je me secoue enfin et franchis la porte de ma boutique, elle a disparu. Je rentre dans mon antre, me demandant si j'ai rêvé. Je retrouve les couleurs variées des tatouages des clients, jeunes ou moins jeunes, venus imprimer dans leur chair qui un désir, qui un soupir, qui un espoir.

Deux jours plus tard, nouvelle fulgurance, le temps de boire du bleu sous de longs cheveux châtain. Cette fois, je me dégrise presque instantanément et pousse la porte qui s'ouvre vers cet ailleurs que j'ai à peine entrevu. J'ai planté là le type venu marquer son avant-bras avec le clown du maître King, sans doute poussé par les blagues de mauvais goût perpétrées ces dernières semaines dans le nord de la France par des plaisantins en "mâles" de sensations. Je l'avoue, je l'ai suivie quelques centaines de mètres avant de rebrousser chemin. Piteuse mine de celui qui n'ose.

Depuis des semaines, client ou pas client, je scrute chaque jour la rue, avide de revoir la piétonne de mon cœur. Lorsque son image s'immisce dans mon champ de vision, je m'évade et parfois, je plante là le futur tatoué :

- "Je reviens tout de suite".

Je dispose mes pas dans les siens. Discrètement. Avant de faire demi-tour.

Pourtant, un jour prochain, j'oserai :

- "Mademoiselle ? Mademoiselle ?"

Je le sais.

06:00 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (14) |

Commentaires

Eh oui, une photo qui invite à des rencontres hautes en couleurs. C'est tout tendre!

Écrit par : sabine | 27/10/2014

Répondre à ce commentaire

J'avais envie de tendresse dans cette grisaille :-)

Écrit par : paikanne | 27/10/2014

Un mot .... J'ai adoré ! :-)
Imagination et écriture ..... au top ! :-)

Écrit par : Jacqueline | 27/10/2014

Répondre à ce commentaire

Merci, Jacqueline. Tu n'as pas envie de t'y lancer ?

Écrit par : paikanne | 27/10/2014

Un nouveau point de vue pour ce tatoué aux mille histoires ce matin ! :)

Écrit par : Leiloona | 27/10/2014

Répondre à ce commentaire

:-)

Écrit par : paikanne | 27/10/2014

Sympa cette interprétation ! Osera-t-il l'aborder un jour ?

Écrit par : Stephie | 27/10/2014

Répondre à ce commentaire

Je l'espère pour lui :-)

Écrit par : paikanne | 27/10/2014

Et oui, même les durs, les tatoués, sont parfois timide. Bravoooo

Écrit par : Piotr | 27/10/2014

Répondre à ce commentaire

Bien sûr :-)

Écrit par : paikanne | 27/10/2014

Beaucoup de douceur aussi dans ce texte...et d'espoir.
Une jolei façon de prendre cette photo à contrepied.

Écrit par : Jean-charles | 27/10/2014

Répondre à ce commentaire

Ne pas se fier aux apparences ;-)

Écrit par : paikanne | 27/10/2014

Quel joli point de vue coloré pour ce tatoué, bravo :)

Écrit par : les tribulations d'une lectrice | 27/10/2014

Répondre à ce commentaire

Un tatoué timide :)

Écrit par : Fanny | 28/10/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire