15/10/2014

Les mots qu'on ne me dit pas, Véronique Poulain

Présentation. “Salut, bande d’enculés !" C’est comme ça que je salue mes parents quand je rentre à la maison. Mes copains me croient jamais quand je leur dis qu’ils sont sourds. Je vais leur prouver que je dis vrai. “Salut, bande d’enculés !” Et ma mère vient m’embrasser tendrement.

Sans tabou, avec un humour corrosif, elle raconte. Son père, sourd-muet. Sa mère, sourde-muette. L’oncle Guy, sourd lui aussi, comme un pot. Le quotidien. Les sorties. Les vacances. Le sexe. D’un écartèlement entre deux mondes, elle fait une richesse. De ce qui aurait pu être un drame, une comédie. D’une famille différente, un livre pas comme les autres.

vpoulain.jpg

Mon avis. Un beau texte, aux phrases courtes et percutantes, qui évoque la surdité : celle des parents de l'auteure entendante. Un monde où le silence des mots le dispute aux bruits des gestes.

Le récit se construit à partir de situations liées à ce quotidien particulier, tantôt cocasses, tantôt touchantes, tantôt grinçantes : la vie avec ses différences, montrées (in)délicatement du doigt ; celle où la narratrice navigue entre deux eaux, (très) agacée par ces parents hors-normes. (Très) fière d'eux aussi.

   "Je suis bilingue. Deux cultures m'habitent.

   Le jour : le mot, la parole, la musique. Le bruit.

   Le soir : le signe, la communication non verbale, l'expression corporelle, le regard. Un certain silence." [p. 13]

   "Dans la langue de mes parents, il n'y a pas de métaphores, pas d'articles, pas de conjugaison, peu d'adverbes, pas de proverbes, maximes, dictons. Pas de jeux de mots. Pas d'implicite. Pas de sous-entendus. Déjà qu'ils n'entendent pas, comment voulez-vous qu'ils sous-entendent ?" [p. 217]

  "Dans la famille, la vraie muette, c'est moi.

   Pour tout ce qui concerne l'affectif, les sentiments, muette comme une carpe. [...]

   Je peux me fermer comme une huître.

   M'enfermer dans un monde qui n'appartient qu'à moi.

   Un monde de silence.

   Pour l'autre, c'est pénible.

   Pour moi, c'est un cauchemar." [265 - 266]

 

Ce livre - en lecture commune - entre dans les challenges "Rentrée littéraire presque 2 %" (11/6) et "A la découverte d'auteurs" (20).

challengerl2014.png

challenge-mira.jpg

 

13:04 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (7) |

Commentaires

Je ne connaissais pas ce livre mais ta chronique me donne très envie de le découvrir !

Écrit par : Palin | 15/10/2014

Répondre à ce commentaire

N'hésite pas si tu en as l'occasion :-)

Écrit par : paikanne | 15/10/2014

Je crains d'avoir le cœur trop serré en le lisant ..... Qu'en penses-tu ?:-)

Écrit par : Jacqueline | 15/10/2014

Répondre à ce commentaire

On non, Jacqueline, je ne le pense pas. C'est souvent humoristique...

Écrit par : paikanne | 15/10/2014

Je ne connais pas ce bouquin mais je l'ai déjà rencontré plusieurs fois sur les blogs.
Bonne fin de semaine.

Écrit par : Philippe D | 15/10/2014

Répondre à ce commentaire

Je l'ai aussi beaucoup aimé ! C'est bien qu'un tel sujet soit abordé de cette manière.

Écrit par : Mélopée | 16/10/2014

Répondre à ce commentaire

J'ai bien fait de suivre ton conseil : un beau texte pas du tout larmoyant, juste vrai et écrit avec le cœur ... qui fait "entrer" dans le monde de la surdité et "découvrir" la langue des signes ...:-)

Écrit par : Jacqueline | 17/10/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire