17/09/2014

La gueule du loup, Marion Brunet

Présentation. "Elles se tiennent à bras-le-corps pour continuer leur montée dans la nuit noire, brutalisées par le vent, le déluge et les caillasses sur leurs pieds nus.
Du village, quelques lumières – aucune aide en perspective."

À 18 ans, le bac en poche et des projets plein la tête, Mathilde et Lou partent à Madagascar pour des vacances de rêve, dans "un paysage de carte postale". Mais le voyage qui s’offre à elles n’aura rien de l’idylle insulaire qu’elles imaginent…

Du monde bruissant des contes de l’enfance aux clameurs froides des ténèbres adultes, les deux amies vivront une expérience terrible – de celles qui laissent des traces pour toujours.

gueule-du-loup.jpg

Mon avis. Un récit qui m'a tenue en haleine...

De Marion Brunet, j'ai lu (l'excellent) Frangine et L'ogre au pull vert moutarde ; j'étais curieuse de découvrir un genre tout à fait différent et je n'ai pas été déçue. Il devrait plaire aux adolescents avides de suspense.

Le prologue donne d'emblée le ton: "Elles essaient de courir mais glissent, leurs jambes molles, affaiblies par la panique. Elles ne pensent plus. Terrifiées, elles grimpent maladroitement le long des talus du cimetière. Lou tombe, mains dans la boue, bouche ouverte ; pousse un cri au milieu du fracas de l'orage. Mathilde, derrière elle, évite la chute de justesse, se penche pour aider son amie." [p. 11]

Deux amies, Mathilde et Lou, sont en vacances à Madagascar, histoire de décompresser après le bac et avant de s'engager sur le chemin esquissé de la rentrée. Elles sont complices et pourtant, ces vacances seront l'occasion pour Lou, l'effacée, d'exprimer à son amie son agacement lancinant lié à son statut de "suiveuse contrainte et forcée". Une découverte pour Mathilde qui ne pressentait pas que sa personnalité trop énergique pouvait devenir parfois une souffrance pour Lou.

J'ai apprécié cette confrontation révélant une fêlure entre les deux jeunes filles qui ne remet pourtant pas en cause leur profonde amitié.

"- C'est pas ça... C'est juste que tu bouffes tout sur ton passage, avec ton enthousiasme ! Je sais même pas si j'avais envie de venir : je ne me suis même pas posé la question. T'as trop d'énergie, d'émotions ! C'est génial et en même temps... j'ai l'impression que ça me bouffe.

   Le silence, à nouveau. Mathilde encaisse, soufflée par la minute-vérité qui lui tombe sur la gueule. Son ventre gargouille d'émotions contraires, desquelles surnagent colère et vexation." [p. 25 - 26]

Alors qu'elles se cherchent un modus vivendi qui conviendrait à chacune, elles doivent faire face à un personnage maléfique qui transformera leurs vacances de façon dramatique alors qu'elles font la connaissance d'une jeune Malgache, Fanja. La course pour la (sur)vie est lancée...

J'ai aimé aussi découvrir l'île par l'intermédiaire du regard des jeunes filles. Cerise sur le gâteau : l'écriture qui rend parfaitement la tension palpable présente au fil du récit - émaillé de beaux textes poétiques et d'angoissants extraits en italiques -, à tel point que j'ai, durant quelques secondes, été tentée d'aller lire les dernières lignes afin d'être éventuellement "apaisée" (j'ai bravement résisté).

  "Tana la rouge se referme sur elle, la noie dans les cris des mendiants et les rires des gosses - qui sont les mêmes." [p. 42]

 

Merci aux éditions Sarbacane pour ce partenariat.

 

Un livre qui entre dans le challenge "Rentrée littéraire 1 %" (6 : objectif d'ores et déjà atteint).

challengerl2014.png

21:32 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (5) |

Commentaires

J'avais beaucoup aimé "Frangine" et ce roman me tente bien ....:-)

Écrit par : Jacqueline | 18/09/2014

Répondre à ce commentaire

Je pense que je vais craquer pour celui-ci.

Écrit par : argali | 21/09/2014

Répondre à ce commentaire

J'ai apprécié le côté "dépaysement" du roman mais je ne suis jamais entrée "en empathie" avec les héroïnes ... Concernant les extraits en italique, je me suis très vite doutée de qui il s'agissait ... donc je n'ai pas craint pour les deux amies ....
Une déception pour moi par rapport à "Frangine" ...:-)

Écrit par : Jacqueline | 01/10/2014

Répondre à ce commentaire

Il faut dire que Frangine plaçait la barre très haut ;-)

Écrit par : paikanne | 01/10/2014

En effet ...:-)

Écrit par : Jacqueline | 01/10/2014

Écrire un commentaire