11/09/2014

Contrecoups, Nathan Filer

Présentation. Matthew a 19 ans, et c’est un jeune homme hanté. Par la mort de son grand frère, dix ans auparavant. Par la culpabilité. Par la voix de Simon qu’il entend partout, tout le temps…

Matthew a 19 ans et il souffre de schizophrénie, une maladie qui "ressemble à un serpent". Pour comprendre son passé et s’en libérer, Matthew dessine, écrit. Il raconte l’enfance étouffée par la perte, la douleur silencieuse de ses parents ; l’adolescence ingrate brouillée par les nuages de marijuana; la lente descente dans la folie, l’internement… Mais aussi, avec un humour mordant, le quotidien parfois absurde et toujours répétitif de l’hôpital psychiatrique, les soignants débordés, l’ennui abyssal… Et le combat sans cesse renouvelé pour apprivoiser la maladie, et trouver enfin sa place dans le monde.


Bouleversant, tourmenté, souvent drôle, Contrecoups est un roman tendre et courageux, porté par une voix absolument unique.

contrecoups.jpg

Mon avis.

Une lecture peu commune relative à un sujet particulier...

Ce roman raconte l'histoire de Matthew, un garçon pas comme les autres qui souffre d'une maladie sournoise : la schizophrénie.

  "J'ai une maladie, une affection qui sonne comme un serpent et y ressemble. Chaque fois que j'apprends quelque chose de nouveau, elle l'apprend aussi." [p. 83]

 

Le jeune homme relate, à travers un texte peu conventionnel qui ressasse certaines phrases tel un leitmotiv, les émotions sur lesquelles il tâche de mettre des mots, sa perception du monde et de ses proches, l'événement (douloureusement) marquant de son existence : le décès accidentel, quelques années auparavant, de son frère aîné, prémices d'une descente aux enfers pour Matthew. Un autre personnage sort du lot : Nanny Noo, sa grand-mère. Présence tendre et lumineuse.

  "Je découvrais notre nouveau portrait de famille : nous trois, assis côte à côte, les yeux fixés sur l'espace occupé d'habitude par Simon." [p. 27]

  "Je dirais que ce que je fais en ce moment, c'est un peu pareil : je m'intègre dans mon propre récit et je le raconte de l'intérieur." [p. 229]

 

J'ai d'abord eu un peu de mal à entrer dans l'histoire, décousue s'il en est, mais petit à petit, j'ai cheminé volontiers aux côtés de Matthew, de plus en plus touchant, sans que jamais le récit n'en devienne larmoyant.

Traduction : Philippe Mothe.

Merci aux éditions Michel Lafon pour ce partenariat.

 

Ce roman participe aux challenges "Rentrée littéraire 1 %" (4),  À la découverte d'auteurs" (10) et "Comme à l'école".

challengerl2014.png

challenge-mira.jpg

challenge-co-ecole.gif

 

18:04 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) |

Commentaires

Après le billet "5 plumes" de Cajou, je me disais que ce roman allait me séduire ..... et puis, ton avis me "refroidit" un peu .....

Écrit par : Jacqueline | 11/09/2014

Répondre à ce commentaire

C'est pour moi une belle découverte mais pas un coup de coeur [je suis avare en coups de coeur ;-) ]

Écrit par : paikanne | 11/09/2014

Répondre à ce commentaire

Coup de coeur pour ce roman terminé ce matin, génial !

Écrit par : Cassandre | 11/09/2014

Répondre à ce commentaire

Ouiiiiii, tu as raison de parler de Nanny Noo, j'étais tellement accaparée par Matthew que j'ai oublié de la citer ! Elle est exceptionnelle elle aussi !

Écrit par : Dup | 11/09/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire