16/08/2014

Une semaine dans la vie de Stephen King, Alexandra Varrin

Présentation. "Il entre sans se presser, désinvolte. Un sourire au coin des lèvres, grand, un peu voûté, la démarche hésitante. Sous les flashs qui crépitent, ses yeux pétillent. Mi-gêné, mi-amusé, l’air de rien, il sort de sa coquille, prend quelques secondes pour observer la foule, curieux, vulnérable, perplexe. Le temps de traverser l’estrade, il est vêtu d’une nouvelle carapace, drapé dans le statut qui a réuni ici trois cent journalistes venus du monde entier : celui de l’écrivain le plus célèbre au monde."

Du 12 au 16 novembre 2013, Stephen King a passé une semaine à Paris pour promouvoir son nouveau livre, Docteur Sleep. L’occasion pour des milliers de lecteurs de rencontrer leur auteur fétiche, et pour Alexandra Varrin de transformer cet événement exceptionnel en véritable quête identitaire et introspective. 

Au cours des cinq rendez-vous qui jalonnent cette semaine, elle se replonge dans l’œuvre monumentale de son idole, et poursuit, tout en interrogeant notre rapport à la fiction, son autoportrait.

semaine-stephen-king.jpg

Mon avis. Deux éléments sont intervenus dans le choix de ce livre : le titre et la couverture. Ou inversement.

Entendons-nous bien, je ne suis pas mordue (!) de Stephen King comme l'auteure, je ne lui arrive même pas au talon, pour ne pas dire la cheville. J'ai eu ma période Stephen King durant mon adolescence, jusqu'à la trentaine. Et puis, je me suis quelque peu lassée. Parmi les romans qui m'ont marquée : Christine, Misery, La peau sur les os.

J'ai renoué avec l'auteur voici deux ans lorsqu'une de mes élèves m'a demandé si j'étais intéressée par Dôme, elle en avait acheté les deux tomes sans réussir à "y entrer". Je dois avouer que j'avais une légère appréhension : allais-je retrouver ce que j'avais apprécié par le passé ? En fait, j'ai lu les deux volets à la suite l'un de l'autre tellement je m'étais retrouvée coincée sous le dôme dès les premières pages - en compagnie de la marmotte -. J'ai depuis lu aussi Docteur Sleep.

Je me suis dit que je risquais peut-être de passer à côté de ce récit étant donné que je suis loin d'avoir lu une bonne partie des romans de Stephen King mais j'ai malgré tout décidé de m'y lancer. Et je ne le regrette pas du tout.

Ce livre raconte la venue en France l'an passé de Stephen King, un événement que n'aurait manqué pour rien au monde Alexandra Varrin. Elle évoque ainsi cette semaine unique, ces rencontres organisées autour de l'auteur ; elle a fait des pieds et des mains pour y assister et elle a réussi. Il n'aurait pu en être autrement.

Mais à côté de ces moments magiques, elle évoque la manière dont elle s'est construite par, grâce à, au travers de l'auteur. Passionnée par cette personnalité hors du commun et ses romans, elle l'est et le restera. Indéfectiblement.

  "Voir de mes propres yeux que Stephen King est une belle personne en plus d'un grand écrivain, c'est comme apprendre que mon père, que je n'ai jamais connu, aurait été résistant pendant la guerre et sauvé des tas de vies. L'amour instinctif est puissant et ne se questionne pas, mais quand l'esprit et le cœur ont leurs violons accordés, on entend la plus belle mélodie du monde." [p. 168]

  "Ces liens qui existent au travers des mots, des espaces, des âges et des continents sont plus forts que le dicible, que nos cinq sens, plus forts que la réalité. Ce sont des liens qu'on ne doit pas confronter au quotidien sous peine de les voir se rompre, de même que certaines histoires d'amour ne sont pas faites pour être vécues car elles ne sont que passion, et la passion se change en amertume quand on refuse de croire qu'elle est éphémère.

   Stephen King n'est ni mon ami ni mon père de substitution. Il est quelqu'un pour qui aucun mot n'existe. Le lien qui m'unit à lui est pareil à son univers : vraisemblable mais pas réaliste. Il n'est pas fait pour exister, il est fait pour être vécu." [p. 237]

L'émotion s'immisce dans les dernières phrases ; subsiste une envie : lire Le Fléau...

A découvrir sans modération : le club Stephen King.

 

Merci à Gilles Paris pour ce partenariat ; cinquième lecture dans le cadre du challenge "A la découverte d'auteurs" ; première pour le Challenge rentrée littéraire 1 % ; la couverture illustre le blanc dans le challenge "Haut en couleurs".

challenge-mira.jpg

challengerl2014.png

Challenge Couleurs.jpg

21:53 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (5) |

Commentaires

Magnifique chronique, on voit là, la plume d'une lectrice aboutie. Votre critique de ce livre m'a donner envie d'en savoir plus sur Stephen King :-) (je suis également en pleine lecture de "Dôme").
J'ai commencer à créer un blog littéraire mais je n'ai pas encore posté de chronique, auriez-vous des conseils à me prodiguer ?
Merci à vous

Écrit par : Alaskan | 17/08/2014

Répondre à ce commentaire

Deux modestes conseils : ne pas trop dévoiler et rester sincère :-)

Écrit par : paikanne | 19/08/2014

belle critique qui me donne envie de le lire. je suis plongée depuis quelques jours dans le T1 du "fléau" dans sa version complète et c'est un régal....
je ne suis pas une fan assidue du King mais j'en lis un de temps en temps j'ai bien aimé 22/11/63
Dôme est dans mes projets...

Écrit par : Eve-Yeshé | 18/08/2014

Répondre à ce commentaire

Bonnes lectures :-)

Écrit par : paikanne | 19/08/2014

Stephen King est un auteur incroyable. Il a d'ailleurs une véritable renommée et il est très connu pour ses livres écrits avec passion ! La lecture est un excellent moyen pour s'évader, et entrer dans de nombreuses histoires. N'oublions pas que le livre est l'un des cadeaux rencontrant le plus de succès pour toutes occasions ! Noël, anniversaire... Stephen King est très souvent au Rendez-vous ! ;)

Écrit par : i pensee | 04/09/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire