24/04/2014

Une ombre au tableau, Joseph Hone

Présentation. Ben Contini, peintre à Dublin, d’origine italo-irlandaise, trouve dans le grenier, après la mort de sa mère, un somptueux tableau dont il est immédiatement convaincu qu’il s’agit d’un authentique nu de Modigliani. Mais il tombe le même jour sur quelque chose d’encore plus troublant : une liste d’un certain nombre de grands tableaux et d’objets d’art qui semblerait former une sorte d’inventaire. Il commence alors à se poser des ques­tions...

D’autant plus qu’aux funérailles de sa mère, Ben a été approché par une inconnue, surgie de nulle part, qui lui a transmis un message urgent de la part de son père mourant, parlant d’un lien mystérieux entre sa fa­mille et celle de Ben.

ombre-tableau.jpg

Mon avis. Le roman commence alors que Ben Contini vient de perdre sa mère, veuve depuis quelques années, une mère qui ne l'aimait pas et que lui n'aimait pas non plus. C'est lors de la réception organisée après les funérailles qu'il fait la connaissance d'Elsa, une femme qui attend de Ben qu'il lui fournisse des renseignements relatifs à leurs pères respectifs ; ces derniers paraissent avoir été en contact, même si Ben et Elsa n'en ont jamais eu connaissance. Le quadragénaire est d'autant plus troublé par Elsa qu'elle ressemble furieusement à son amie défunte...

Alors qu'il inspecte la maison de ses parents avant d'être forcé de quitter les lieux, sa mère ayant choisi de ne pas lui léguer la maison, Ben découvre un tableau inconnu qui a toutes les apparences d'un Modigliani ; son père n'a pourtant jamais été intéressé par l'art, contrairement à Ben, présentement en mal d'inspiration. Dans la foulée, il tombe sur un papier qui semble figurer le recensement d'œuvres d'art volées aux juifs par les Nazis.

C'est le début d'une enquête orchestrée par Ben, désireux de faire la lumière sur cette énigme, au grand dam d'Elsa qui se retrouve mêlée, (presque) à son corps défendant, à cette "aventure" qui risque ceprendant de leur coûter la vie.

Le lecteur accompagne le duo dans cette course effrénée qui remuera douloureusement un passé que certains - dont Elsa elle-même - préféreraient ne pas voir exhumé. Et même si le récit ne réserve pas de réelles surprises, j'ai passé un agréable moment...

Merci aux éditions BakerStreet pour ce partenariat.

15:50 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

A la lecture de ton billet, je me dis que ce roman devrait me plaire ..... :-)

Écrit par : Jacqueline | 24/04/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire