13/04/2014

Aux anges, Francis Dannemark

Présentation. Amis d'adolescence, Pierre et Florian se retrouvent, après trente ans d'absence, à l'occasion d'un long voyage en voiture. L'un et l'autre ont un peu perdu le fil de leur vie. Avec émotion et humour, ils évoquent leurs fêlures, leurs doutes face à l'avenir. Mais ce voyage, dicté par les rendez-vous professionnels de Pierre, ne se déroule pas comme prévu.

Sur le bord d'une route, ils croisent Emiliana di Castelcampo. Dans son château en ruine, telle une fée facétieuse, la vieille comtesse italienne va bientôt bouleverser l'existence des deux hommes. Car la vie trouve son sens et sa magie dans les rencontres que l'on y fait et dans notre capacité à rêver et à accueillir l'imprévu.

aux-anges.JPG

Mon avis. Un récit qui fait du bien, voilà comment je pourrais qualifier ce roman...

J'avais tellement aimé Histoire d'Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un) - un livre depuis lors souvent offert - que dès que j'ai entendu parler de la publication du nouveau roman de Francis Dannemark, dans la même (superbe) présentation, je l'ai commandé. Et puis Sophie, une de "mes copinautes qui lisent plus vite que leur ombre", l'a lu et chroniqué : je savais donc que je risquais fortement de l'apprécier. De fait. [Coïncidence : la première journée se déroule le lundi 14 avril, autrement dit demain et je me suis dit que j'aurais pu le lire durant la semaine qui se profile à l'horizon - l'histoire s'étale jusqu'au samedi 19 - mais impossible de ne pas en poursuivre la lecture une fois que j'en ai eu tourné la première page].

Le livre commence par un voyage bien préparé qui devient vite le jouet d'un destin (?) délicieusement facétieux.

Pierre a proposé à Florian de se joindre à lui au cours d'une escapade qui doit allier travail et retrouvailles : les deux hommes, qu'une solide amitié nouait alors qu'ils étaient adolescents, se sont en effet perdus de vue depuis une trentaine d'années. C'est au hasard (?) d'une rencontre que l'idée vient à Pierre de proposer à Florian de l'accompagner durant ce périple picardo-normand.

Au fil de la route, les langues se (re)délient (un peu) mais c'est avec la rencontre fortuite (?) d'Emiliana di Castelcampo, une comtesse italienne dont l'antique camionnette Volkswagen a "piqué du nez dans un fossé", que le trajet se pare de couleurs inattendues, pour ne pas dire magiques.

La vieille dame leur offre gîte et couvert en échange du "dépannage" ; arrivés au château, les deux amis font la connaissance de Léo(n), le mari d'Emiliana, des quelques habitants du lieu qui s'y sont installés, (presque) sans l'avoir décidé, ainsi que des animaux qui, eux aussi, semblent particulièrement s'y plaire.

 

  " - Elle [Emiliana] est étonnante. Encore plus improbable que son château. J'ai eu des frissons dans le dos quand elle s'est mise à nous parler, dans la voiture. Mais c'étaient des frissons agréables. J'avais l'impression que j'avais huit ans et que j'étais assis à côté de la fée d'un dessin animé. Étrange, la vie... [p. 74]

 

Les échanges avec les personnages rencontrés, au château ou durant la poursuite du trajet, deviennent l'occasion de faire le point sur ce qu'ils (n') ont (pas) vécu et surtout, surtout, d'envisager un avenir hors des sentiers - qu'ils s'étaient - battus.

J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir les protagonistes du récit ; l'impression d'entrer dans une bulle légère qui ouvre de nouveaux horizons.

Parallèlement, j'ai volontiers laissé vagabonder agréablement mes pensées, me surprenant à suspendre quelques instants ma lecture afin de réfléchir à l'une ou l'autre intervention d'un personnage.

 

  "Au total, comme me l'avait dit mon père, Dieu a inventé le vent pour qu'il fasse tomber les feuilles mortes, sinon les arbres auraient l'air de quoi quand revient le printemps?" [p. 85 - 86]

  "N'oubliez pas ça, il n'y a pas de détours. Le chemin va où il va en suivant son cours. Et les choses viennent quand le moment est venu. C'est tout." [p. 129]

 

En trois mots ? Laissez-vous tenter !

18:06 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (9) |

Commentaires

Oh, je note ce titre ...... moi qui avais aussi tellement aimé "Alice" ....:-)

Écrit par : Jacqueline | 13/04/2014

Répondre à ce commentaire

Alors, tu risques aussi de l'apprécier :-)

Écrit par : paikanne | 13/04/2014

je pense que j'aurais été incapable de le lire au jour le jour .... quel merveilleux moment j'ai passé avec ce bouquin ...

Écrit par : sophie | 13/04/2014

Répondre à ce commentaire

Moi aussi :-)

Écrit par : paikanne | 13/04/2014

J'ai beaucoup aimé Alice et Du train où vont les choses, et celui-ci me tente aussi beaucoup. Ma w-l est vertigineuse...

Écrit par : Cécile | 13/04/2014

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas (encore) lu Du train où vont les choses...

Écrit par : paikanne | 13/04/2014

Comme toi, j'avais beaucoup aimé Alice... , je peux donc le noter ! Je viens d'ailleurs d'ajouter aussi "du train où vont les choses" chez Syl ;)

Écrit par : Nahe | 13/04/2014

Répondre à ce commentaire

Bonne lecture :-)

Écrit par : paikanne | 13/04/2014

Une jolie lecture, des personnages attachants ... C'est "rose" bien sûr ... un peu trop peut-être .... mais une plume fluide, de belles images, des phrases qui touchent et font réfléchir .... :-)

Écrit par : Jacqueline | 08/01/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire