15/03/2014

L'Énigme du retour, Dany Laferrière

Présentation. Un matin, on téléphone à l'écrivain : son père vient de mourir. Son père qui, dans un parallèle saisissant, avait été exilé d'Haïti par le dictateur Papa Doc, comme lui, des années plus tard, l'avait été par son fils, le non moins dictatorial Bébé Doc. C'est l'occasion pour le narrateur d'un voyage initiatique à rebours. Il part d'abord vers le Nord, comme s'il voulait paradoxalement fuir son passé, puis gagne Haïti pour les funérailles de son père. Accompagné d'un neveu - qui porte le même nom que lui -, il parcourt son île natale...

enigme-retour.jpg

Mon avis. J'ai décidé de profiter du Challenge Destination consacré à Haïti pour découvrir Dany Laferrière que je n'avais encore jamais lu jusque-là. Je ne le regrette pas.

Ce livre est exigeant à l'égard du lecteur : j'ai été quelque peu déconcertée lorsque je me suis rendu compte que la quasi totalité du texte est écrite en vers, parfois très courts, parfois plus longs ; de temps à autre, les paragraphes deviennent prose. En outre, les dialogues s'intègrent sans qu'ils soient d'emblée repérables, ce qui m'a parfois amenée à relire certains passages.

Je me suis pourtant laissé emporter dans le sillage du narrateur qui est amené, lors du décès de son père, à retourner au pays. Tous deux connaissent l'exil depuis de nombreuses années : le père aux États-Unis, le fils au Canada. Passage du froid à la chaleur. Retour aux sources. Focus sur la pauvreté, tout autant que sur la beauté et les petits bonheurs fugitifs - comme lui -.

 

"Je suis dans cette ville

où il ne se passe,

pour une fois,

rien à part

le simple plaisir d'être vivant

sous un soleil éclatant

au coin des rues Vilatte et Grégoire." [p. 83 - 84]

 

"On cherche la vie

chez les pauvres

dans un vacarme absolu.

Les riches ont acheté le silence." [p. 131]

 

"Ma vie va en zigzag depuis ce coup de fil nocturne

m'annonçant la mort d'un homme

dont l'absence m'a modelé.

Je me laisse aller sachant

que ces détours ne sont pas vains.

Quand on ne connaît pas le lieu où l'on va

tous les chemins sont bons." [p. 164]

 

En plus du challenge Destination, ce titre me permet de participer pour la 12e (et dernière) fois au challenge "Lire sous la contrainte" ainsi qu'au challenge des 170 idées (personne ou chose familière sous un angle insolite).

destination haiti.jpg

lirecontrainte.jpg

 challenge170idees.jpg

12:34 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) |

Commentaires

J'ai failli lire cet auteur avant que le roman de Dalembert ne m'arrive pour un autre objectif. J'ai ainsi profité de la coincidence. Mais, ton avis me pousse à penser qu'il serait bien de découvrir Dany Laferrière.

Écrit par : Jostein | 15/03/2014

Répondre à ce commentaire

Dernière participation, je suppose.
Merci. Quel record!
A demain pour la nouvelle contrainte.

Écrit par : Philippe D | 15/03/2014

Répondre à ce commentaire

Laferrière est un de mes auteurs préférés et j'essaye de le lire régulièrement et celui-ci est définitivement un de mes préférés qui me touche beaucoup. Bon choix. J'ai d'ailleurs fait un article dessus également! A voir sur la récap :)

Écrit par : Lucie | 16/03/2014

Répondre à ce commentaire

Ça a l'air assez particulier mais pourquoi pas ? :)

Écrit par : Frankie | 18/03/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire