11/02/2014

L'épreuve, t. 2 : La terre brûlée, James Dashner

Présentation. Et si la vie était pire hors du labyrinthe ? Thomas en était sûr, la sortie du Labyrinthe marquerait la fin de l’Épreuve. Mais à l'extérieur il découvre un monde ravagé. La terre est dépeuplée, brûlée par un climat ardent. Plus de gouvernement, plus d'ordre.... et des hordes de gens infectés en proie à une folie meurtrière errent dans les villes en ruines.

Au lieu de la liberté espérée, Thomas se trouve confronté à un nouveau défi démoniaque. Au cœur de cette Terre Brûlée, parviendra-t-il enfin à trouver la paix... et un peu d'amour ?

terre-brulee.jpg

Mon avis. Les élèves qui ont choisi de lire Le labyrinthe dans le cadre du parcours relatif à la Science-Fiction ont été tellement emballés que j'ai acheté le tome 2, histoire de le prêter aux éventuels intéressés. J'en ai lu quelques pages lorsque je l'ai reçu et l'ai finalement continué dans la foulée.

Contrairement à ce que j'avais redouté, je n'ai pas eu de mal à retrouver mes repères dans ce deuxième opus ; cependant j'ai moins apprécié celui-ci en raison de la lonnnnngue traversée du désert (!) qui occupe une grande partie du récit. En outre, "l'embrouillamini" relatif au personnage de Teresa a fini par me lasser : j'ai peu apprécié ne pas savoir "sur quel pied danser" avec l'énervante demoiselle...

Le récit commence exactement là où s'était achevé Le labyrinthe : les survivants reprennent des forces dans un bâtiment à l'abri de la Braise mais le répit est (évidemment) de très courte durée. Il s'avère bien vite que les Épreuves ne sont pas terminées.

Je garde de ce roman l'impression d'un "entre-deux", une transition qui conduit à l'attente du tome 3 puisque le lecteur n'apprend finalement pas grand-chose - pour ne pas dire rien - sur les tenants et les aboutissants de "l'expérience" à laquelle sont confrontés les blocards.

Après la "lassitude" instaurée durant l'épisode de la pénible marche forcée sous une chaleur écrasante, interrompue par un "petit séjour en ville" ponctué par des rencontres avec ceux que l'on nomme les fondus, l'intérêt est cependant habilement relancé à la fin : j'ai lu les dernières pages en retenant (presque) ma respiration, me disant que, décidément, non...

Une affaire à suivre, donc...

 

Traduction : Guillaume Fournier.

 

La couverture illustre l'idée n° 128 du challenge des 170 idées.

challenge170idees.jpg

18:02 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire