06/01/2014

Macbeth, Shakespeare

Présentation. Hamlet, Othello, Macbeth, une même histoire de chair, d'amour et de mort. Des mains sont rougies d'un sang innocent qu'aucun parfum d'Arabie ne lavera. Les spectres et les sorcières mènent la danse. Ils incitent Hamlet à tuer son oncle, meurtrier de son père et amant de sa mère ; Othello son épouse qu'il croit infidèle ; Macbeth son roi, pour prendre la couronne. Le cauchemar de chacun devient réalité.

"Il y a quelque chose de pourri dans le royaume du Danemark", en Écosse et à Venise. Les trois héros ont provoqué le destin. Il les écrasera, faisant périr aussi Ophélie et Desdémone, l'amour et la pureté. Le génie de Shakespeare est de dire toute l'incertitude de la condition humaine, ses rêves, sa gloire, sa petitesse.

shakespeare.jpg

Mon avis. Je viens de relire Macbeth, histoire de me remémorer l'intrigue avant d'aller en voir une adaptation avec les élèves de 5e fin de semaine prochaine.

Un texte qui met en évidence un couple infernal soudé dans le Mal par désir de puissance, sous l'aiguillon de ce que l'on peut appeler le Destin.

Shakespeare, je le place au sommet des dramaturges, (loin) devant le trio classique français qu'on ne nomme plus. Alors qu'il leur est antérieur, je le trouve plus moderne, savoureux, irrévérencieux.

Mais il est vrai aussi que les deux plus "belles" pièces que j'ai vues dans ma vie sont de Shakespeare : Le Songe d'une nuit d'été dans une adaptation des Baladins du Miroir. J'en garde précieusement un souvenir émerveillé ; un régal pour les yeux et les oreilles. Une visite enchanteresse dans la forêt en compagnie de Puck et Titania.

La deuxième, c'est justement Macbeth, dans une mise en scène de Bruno Bulté, jouée dans les ruines de l'abbaye de Villers-la-Ville. Rien à voir avec la précédente même si ce fut représenté aussi lors d'une nuit d'été, dans un cadre exceptionnel, spectacle grandiose qui avait réussi à rendre la puissance du grand Will.

Et pour être tout à fait honnête, je crois aussi être (in)consciemment influencée par un film que j'ai vu à de multiples reprises : Shakespeare in love (John Madden) avec (le beau) Joseph Fiennes et (la sublime) Gwyneth Paltrow (c'est dans ce film, qui avait été projeté dans le cadre du Festival du film d'Amour de Mons, que j'ai découvert, me semble-t-il, Colin Firth ). "It is a new world"...


J'espère de tout cœur que la version d'Anne-Laure Liégeois nous plaira...

 

Un titre qui me permet d'inaugurer la version 2014 du challenge "Un classique par mois".

classiqueparmois.jpg

21:31 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) |

Commentaires

Je n'ai jamais lu une pièce en entier .... juste des extraits ....
Une lacune à combler, alors ...
Laquelle me conseilles-tu ?

Écrit par : Jacqueline | 08/01/2014

Répondre à ce commentaire

Difficile de dire, Jacqueline ; je garde aussi un bon souvenir de Hamlet, Othello, Roméo et Juliette, Le songe d'une nuit d'été... mais je ne les ai pas relues dernièrement.
Et je suis sûrement aussi influencée par les représentations que j'ai vues...

Écrit par : paikanne | 09/01/2014

J'espère que les élèves seront intéressés par cette oeuvre classique.
Moi, ça ne m'intéresse pas du tout mais peut-être ai-je tort...
Bonne fin de soirée.

Écrit par : Philippe D | 15/01/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire