11/12/2013

Salammbô, Gustave Flaubert

Présentation. Après la première Guerre Punique, Carthage est ruinée et ne peut payer ses mercenaires, qui ne tardent pas à se révolter. Au milieu des désordres, des combats, des massacres, Salammbô, la fille du roi Hamilcar, s'éprend de Mâtho, le chef des rebelles...

"Soyons féroces, écrit Flaubert. Versons de l'eau-de-vie sur ce siècle d'eau sucrée. Noyons le bourgeois dans un grog à vingt et un mille degrés et que la gueule lui en brûle, qu'il en rugisse de douleur "...

salammbô.jpg

Mon avis. J'avais un souvenir tellement bon de ce roman lu "dans mon jeune temps" - cela doit bien faire plus de vingt-cinq ans - que j'ai eu envie de le redécouvrir ; j'en ai profité pour organiser une lecture commune.

Verdict ? Je sais que je risque de me faire lyncher (quoi ? un professeur de français qui ose... ?) mais j'aurais probablement mieux fait de m'abstenir et de demeurer sur cette impression (très) positive d'antan...

Je ne remets (bien sûr) nullement en question l'écriture mais je me suis ennuyée par (longs) moments : il ne m'est jamais pas souvent arrivé de "sauter une (des) description(s)" mais ici, oui. Je me demande d'ailleurs s'il resterait un tiers du livre si l'on en ôtait les (trop) nombreuses énumérations.

Je remarque que ce n'est pas la première fois que je suis déçue à la relecture d'un "classique" que j'avais aimé, voire adoré, durant mes études, alors qu'il serait, me semble-t-il, plus logique que ce soit le contraire. Bien sûr, l'effet de "surprise" ne joue plus mais à ce point...

Décidément, Flaubert et moi, ce n'est pas une histoire d'amour : je garde ainsi un (très) mauvais souvenir de L'Education sentimentale, ou plus exactement de Frédéric Moreau que j'avais envie de "baffer" secouer.

Je relirais bien Le Rouge et le Noir mais finalement, pour éviter semblable déconvenue, peut-être vaudrait-il mieux que je lise La Chartreuse de Parme, que je n'ai jamais lu. Un autre aveu, tant que j'y suis ? Je n'ai pas encore lu Proust. Non plus. La gêne...

Quant à Salammbô, je me demande comment j'ai pu garder à ce point en mémoire "l'histoire d'amour" (?) entre la jeune femme et Mâtho ; aujourd'hui, les combats me semblent tellement écrasants (!) qu'ils occultent tout le reste, y compris Salammbô et Mâtho eux-mêmes.

La phrase de Flaubert en guise de présentation est vraiment - vraiment - de circonstance...


Les avis de Nelcie ; Aurélie91 ; Guenièvre ;


Ce récit me permet de participer au challenge "Un classique" par mois".

classiqueparmois.jpg

16:44 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (11) |

Commentaires

Je n'ai jamais lu "Salammbô" - juste des extraits - et ce n'est pas ton billet qui va me donner envie ...:-)

"L'Education sentimentale" ... bof, en effet ....
"Madame Bovary", j'avais aimé ..... Je l'ai relu il y a 3 ou 4 ans pour aider un neveu et il m'avait "encore" plu ....

"Le Rouge et le Noir", roman beaucoup aimé .... par contre "La Chartreuse de Parme" m'ennuyait tellement que je n'ai même pas terminé le roman ....:-)

Proust ..... j'ai lu et aimé "dans mon jeune temps" ...

Écrit par : Jacqueline | 11/12/2013

Répondre à ce commentaire

Tu me refroidis pour La Chartreuse de Parme ;-)

Écrit par : paikanne | 14/12/2013

Je n'ai jamais lu ce livre mais je connais la première phrase "c'était à Megara, faubourg de Carthage, dans les jardins d'Hamilcar", d'autant plus que c'est pile là où je vis dans la banlieue de Tunis ! :D

Écrit par : Frankie | 11/12/2013

Répondre à ce commentaire

J'avais aussi gardé le souvenir de cette phrase :-)

Écrit par : paikanne | 14/12/2013

Flaubert ne m'a laissé aucun souvenir agréable et j'avoue qu'il ne fait pas partie des auteurs classiques que je relirai adulte .Toutes mes excuses à ceux qui l'adulent

Écrit par : evalire | 11/12/2013

Répondre à ce commentaire

Je ne suis pas sûre que j'en (re)lirai d'autres ; pas pour le moment, en tout cas ;-)

Écrit par : paikanne | 14/12/2013

Oh oui beaucoup beaucoup trop de descriptions, on pourrait croire que ça aide à nous plonger dans le décor mais au final ça m'a complètement perdue. A part les passages de guerre qui sont vraiment bien décrits et nous plonge dans l'action, je me suis ennuyée une bonne partie du roman c'est dommage. Et au final elle est où l'histoire d'amour ? Merci d'avoir organisée cette lecture commune c'est dommage que ça ait modifié ta vision de ce livre. A bientôt peut-être si tu organises d'autres LC :)

Écrit par : aurelie91 | 15/12/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour ta participation ; à bientôt :-)

Écrit par : paikanne | 15/12/2013

J'aime beaucoup Flaubert. Mais je n'ai pas lu Salammbô, donc a priori il ne risque pas de me déplaire malgré, il est vrai, un a priori négatif car il ne se passe pas au temps de Flaubert...

Écrit par : éric | 15/12/2013

Répondre à ce commentaire

Ah, j'avoue que mon prof de lycée était un grand fan de Flaubert, alors il a plus ou moins transmis la maladie! Je n'ai pas beaucoup aimé Madame Bovary, par contre beaucoup l'Education Sentimentale...
Pour ce qui est de celui-ci, la violence a gâché ma lecture. Parce que le reste (c'est à dire pas grand chose, quand on a retiré les batailles ;) ) m'a bien plu; l'atmosphère, les personnages, le mysticisme, l'hypocrisie...
Par ailleurs, je n'ai pas vu d'histoire d'amour, comme toi... ça m'a passablement déconcertée! (et déçue)

Écrit par : Guenièvre | 22/12/2013

Répondre à ce commentaire

Je ne l'avais jamais lu mais j'ai à peu près le même avis que toi, beaucoup trop de batailles et d'histoires centrées sur la guerre, du coup ça occulte le reste et on se demande même pourquoi le roman s'intitule Salammbô. J'ai moi aussi lu certains passages en diagonale.

Écrit par : Frankie | 27/11/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire